Déremboursement de l'homéopathie : un coup de fouet pour les médecines douces

Déremboursement de l'homéopathie : un coup de fouet pour les médecines douces

Publié le :

Mardi 22 Octobre 2019 - 11:07

Mise à jour :

Mardi 22 Octobre 2019 - 11:07
© FRED TANNEAU / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A

Entre les défenseurs et les opposants, l’homéopathie a fait couler beaucoup d’encre. Pourtant, son déremboursement ne devrait pas remettre en question l’ambition d’un nombre croissant de citoyens : pouvoir se soigner par les plantes d’une manière plus naturelle.

 

 

Le débat sur l’homéopathie a été définitivement tranché après des années de polémiques et d’opposition entre les adeptes des petites granules et les opposants à cette consécration du principe de similitude. Mme Agnès Buzyn, Ministre de la Santé et des solidarités, a en effet officialisé la fin du remboursement de l’Homéopathie, avec une première baisse en 2020 (de 30 à 15 %) et une disparition totale au 1er janvier 2021. Suivant les avis de la Haute Autorisé de Santé (HAS), Mme Buzyn a justifié cette décision en raison de « l’efficacité insuffisante » et/ou des « résultats non avérés » des produits homéopathiques.

 

Se soigner par les plantes, une tendance appelée à se développer

Bien que le déremboursement de l’homéopathie soit un coup dur porté aux entreprise concernées, cela ne remet pas en cause l’attrait de ces médecines conventionnelles, car homéopathie et phytothérapie restent considérés comme telles par l’Organisation mondiale de la Santé. Se soigner par les plantes n’est en rien une mode, puisque les Sumériens y avaient déjà recours il y a plus de …5000 ans.

 

A lire aussi : Les Français font nettement plus confiance à l'homéopathie qu'aux vaccins

 

En France aussi, cette médecine naturelle a connu une histoire aussi mouvementée que passionnante, et les Jardins des Simples dans les nombreuses abbayes de France en sont un parfait exemple. Se soigner en utilisant les vertus médicinales de certaines des plantes, les simples, est devenu un art, au fil des siècles. Et le déremboursement de l’homéopathie ne devrait pas remettre en cause le retour en grâce des herboristeries.

Huiles essentielles, décoction, naturopathie, … les médecines dites douces connaissent une véritable explosion depuis plusieurs années. On retrouve les savoir-faire d’antan, on (re)découvre les bienfaits de certaines substances naturelles, on prend à nouveau conscience des atouts des thérapies manuelles (massage, étiopathie, …). La santé au naturel est devenue un enjeu du débat, qui traverse la société.

 

A lire aussi : Rhume : les meilleurs remèdes naturels et alternatifs aux médicaments

 

Les médecines naturelles, quand la santé doit aussi avoir un sens

A une époque, où les préoccupations environnementales et les questions liées au développement durable font partie des principales interrogations des citoyens, les patientes et les patients ne peuvent plus accepter, sans explication et sans justification, le « tout allopathique ». La santé est aussi concernée par ces courants, et par cette recherche de sens. N’est-ce pas cela qui explique le succès des recettes de grands-mères ? Et inéluctablement, les médecines naturelles s’imposent comme une des voies pour satisfaire à ces nouvelles attentes. Comme quoi, même si le déremboursement de l’homéopathie est officialisé, se soigner par les plantes sera de plus en plus accessible à toutes et tous.

 

A lire aussi :

Un médecin généraliste propose de soigner l'homosexualité par l'homéopathie

Auteur(s): France-Soir

PARTAGER CET ARTICLE :


Déremboursement de l'homéopathie, et si les médecines douces en sortaient gagnantes ?

Commentaires

-