Des myrtilles sauvages pour lutter contre l'inflammation des gencives

Plus sympa que les antibiotiques

Des myrtilles sauvages pour lutter contre l'inflammation des gencives

Publié le :

Lundi 07 Septembre 2015 - 10:54

Mise à jour :

Lundi 07 Septembre 2015 - 11:09
Selon une nouvelle étude, l'extrait de myrtille sauvage pourrait prévenir la formation de plaque dentaire, à l'origine de l'inflammation des gencives. Les chercheurs travaillent donc sur un appareil qui permettrait de diffuser progressivement l’extrait après un nettoyage en profondeur des dents.
©Jevgenijs Slihto/Flickr
PARTAGER :
-A +A

Vous aimez les myrtilles? Ca tombe bien, c’est bon pour l’hygiène dantaire. Selon une étude canadienne publiée dans le Journal of Agricultural and Food Chemistry, l’extrait de myrtille sauvage pourrait prévenir la formation de la plaque dentaire responsable des douloureuses gingivites.

S’intéressant aux polyphénols contenus dans l’extrait de myrtille sauvage, des chercheurs de l’Université de Laval ont découvert que ces composés organiques avaient la capacité d’inhiber la croissance de la bactérie fusobacterium nucleatum, à l’origine de l’apparition de plaque dentaire. Or, cette couche de bactéries qui recouvre la surface des dents est à l’origine de la douloureuse inflammation des gencives plus connue sous le nom de gingivite. Cette dernière se caractérise par un gonflement de la gencive qui saigne alors à la moindre agression. Si elle n’est pas traitée, la gingivite peut se développer et évoluer vers un déchaussement des dents, ce qu’on appelle une parodontie.

Alors que dans le cas de parodonties chroniques, des antibiotiques sont généralement prescrits, ces nouveaux travaux permettraient d’envisager une alternative à ce traitement. Forts de leur découverte, les chercheurs travaillent ainsi désormais sur un appareil qui permettrait de diffuser progressivement l’extrait de myrtille après un nettoyage en profondeur des dents.

Ce n’est pas la première fois qu’une étude scientifique démontre les bienfaits des polyphénols, présents dans les myrtilles (surtout les sauvages), mais aussi dans d’autres fruits et légumes tels que les tomates, les raisins ou encore les carottes.  

L’année dernière, une équipe de chercheurs avait par exemple démontré que ces composés organiques étaient capables de neutraliser les effets d’un régime riche en graisses chez les souris, rappelle La Parisienne

 

L'extrait de myrtille sauvage serait bon pour les dents.

Sur le même sujet, la rédaction vous propose:


Commentaires

-