Le Body Positive: le courant qui aide les femmes à s’accepter

Le Body Positive: le courant qui aide les femmes à s’accepter

Publié le :

Vendredi 14 Avril 2017 - 12:27

Mise à jour :

Vendredi 14 Avril 2017 - 12:34
©Sipa
PARTAGER :

Léa Sabatier

-A +A

Pour lutter contre la discrimination des corps et des morphologies, un hashtag #BoPo qui signifie Body Positive a été lancé sur les réseaux sociaux afin de permettre aux femmes de s’accepter telles qu’elles sont.

Le mouvement Body Positive a été lancé par deux femmes Connie Sobczak et Elizabeth Scott en 1996. Elles expliquent qu’elles ont voulu créer à l'époque "une communauté vivante et thérapeutique qui libère des messages sociaux étouffants maintenant les gens dans une lutte perpétuelle contre leur corps". Ces derniers mois, le réseau social Instagram a donné à ce courant un nouveau souffle avec le hashtag #BoPo.

Le hashtag #BoPo, qui est la contraction de Body Positive, encourage les femmes à publier sur leur compte Instagram des clichés de leur corps considérés comme "honteux" par une majorité de personnes de la société, comme une fierté qu’elles souhaitent montrer au plus grand nombre. Ce hashtag de plus en plus populaire permet de combattre les diktats de la minceur dans la presse et sur Internet.

Il n’existe pas qu’un seul type de corps, c’est ce qu’a voulu prouver le mannequin de 23 ans, Charli Howard sur son compte instagram lundi 10 avril. La photo en noir et blanc prise par Heather Hazzan, qui montre ses mains posées sur ses fesses dénudées, met en avant ses vergetures et sa cellulite. Ce cliché est suivi d’un message fort: "Ce n'est qu'en vieillissant et en voyant les corps d'autres femmes que je me suis rendue compte à quel point C'EST PUTAIN DE NATUREL. Il n'y a vraiment pas de quoi avoir honte. Ton copain se fiche de ta cellulite, et si ça lui pose problème, plaque-le pour son meilleur pote".

 

They say do something each day that scares you, so re-posting this is mine for the day. Despite the fact I speed walk everywhere, squat, run and occasionally do @pure_barre, I'm still left with cellulite. I went to an all-girls' boarding school and really used to envy the girls in my class who seemingly had none, and whose bodies looked, to me, nothing less than perfect. Whenever I opened magazines, the models and celebrities I saw didn't have cellulite either - and if they did, they were shamed in the tabloids because of it, or knocked off their perch by nasty journalists who probably have it themselves. (Note: fuck you.) As a result, I felt like my cellulite was shameful, or an oddity. It wasn't until I got older and saw other women's bodies that I realised HOW BLOODY NATURAL IT IS. It's nothing to be ashamed of. Your boyfriend isn't gonna care if you have it, and if he does, dump him for his mate. Just kidding (or am I?). Don't get me wrong - my cellulite isn't my favourite part of my body, nor is it something I shout from the rooftops about. But I know it doesn't make me any less ugly, or is something I need to feel embarrassed about. So don't let it make you feel that way, either! In the words of my old pal Kendrick Lamar, "Show me something natural like ass with some stretch marks" #iamallwoman @allwomanproject @heatherhazzan

Une publication partagée par Charli Howard (@charlihoward) le

9 Avril 2017 à 12h49 PDT

Les vergetures, les poils, la cellulite ou encore les cicatrices ne doivent pas être considérés comme des défauts mais comme des choses  naturelles qu’il faut accepter. Pour beaucoup, le Body Positive est un mouvement qui devient essentiel à notre société.

Le hashtag #BoPo encourage les femmes à publier sur Instagram des clichés de leur corps considérés comme "honteux".

Commentaires

-