Les femmes enceintes en surpoids ont plus de risques d'accoucher d'enfants épileptiques

Les femmes enceintes en surpoids ont plus de risques d'accoucher d'enfants épileptiques

Publié le :

Mardi 04 Avril 2017 - 12:50

Mise à jour :

Mardi 04 Avril 2017 - 13:13
©Flickr Creative Commons
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

D'après une étude suédoise publiée lundi dans la revue JAMA Neurology, l'obésité au premier trimestre d'une grossesse augmenterait le risque d'épilepsie chez l'enfant.

Une étude suédoise menée sur plus de 1,4 millions d'enfants nés entre 1997 et 2011 dans le pays met en évidence que le risque d'épilepsie était supérieur de 11% chez les enfants dont la mère était en surpoids pendant la grossesse.

Publiée lundi 3 dans la revue JAMA Neurology, l'étude souligne que les mères concernées sont celles qui ont un indice de masse corporel (IMC) compris entre 30 et 35. Il y aurait alors entre 10 et 31% de chances en plus que leurs enfants soient épileptiques. Et lorsque la mère avait un IMC supérieur à 40, le risque d'épilepsie grimpait à plus de 80%.

Sur la totalité des enfants suivis par les chercheurs, 7.592 d'entre eux ont en effet été diagnostiqués épiléptiques. Selon les chercheurs, il y aurait donc une fréquence de 6,79 cas d'épilepsie pour 10.000 enfants par an.

Pourtant, ces recherches ont des limites et les scientifiques soulignent que des erreurs auraient pu être commises lors des diagnostics. De plus, la maladie pourrait avoir des causes multiples et ne pas seulement venir de l'état de santé de la mère lors des trois premiers mois de la grossesse.

Mais selon eux, un cas de surpoids ou d'obésité pourrait tout de même affecter le développement neurologique des nouveau-nés. Dans ce sens, une étude danoise menée en 2016 arrivait à la conclusion que les risque de paralysies cérébrales et de troubles moteurs étaient accrus chez les enfants dont les mères étaient obèses au début de leur grossesse.

Comme conclusion, les auteurs ont souligné qu'une "stratégie de santé publique importante" pourrait être mise en place, en effet "le surpoids est un risque qu'il est possible de réduire" et que "prévenir l'obésité chez les femmes en âge de procréer" pourrait être une solution.

L'étude a été menée sur plus 1,4 million d'enfants, 7.592 d'entre eux sont aujourd'hui épileptiques.

Commentaires

-