Pourquoi les tatouages indélébiles sont-ils si indélébiles

Sciences

Pourquoi les tatouages indélébiles sont-ils si indélébiles

Publié le :

Jeudi 08 Mars 2018 - 10:57

Mise à jour :

Jeudi 08 Mars 2018 - 11:02
Des chercheurs de l'Inserm et du CNRS se sont récemment penchés sur le mystère des tatouages indélébiles et ont découvert que, sous la peau, des cellules immunitaires renfermant le pigment se renouvelaient constamment et assuraient la "survie" du motif.
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / POOL/AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Curiosité pour les non initiés, le tatouage indélébile a perdu mardi 6 une partie du mystère qui faisait son charme. Des chercheurs de l'Inserm, du CNRS et de l'université Aix-Marseille ont révélé  dans le Journal of Experimental Medicine les résultats de leur étude portant sur les cellules renfermant le pigment coloré.

Jusqu'à présent, on pensait apparemment à tort que si les tatouages étaient si indélébiles que cela c'était à cause des cellules du derme de la peau (que l'on appelle les fibroblastes) qui renfermaient le pigment en question et permettaient donc au motif d'être éternel.

Lire aussi: Hard rock, métal, rap - le Mondial du tatouage de Paris monte le son

Mais ces chercheurs ont découvert qu'en réalité, le pigment n'était pas fixé sur les fibroblastes mais capturé par d'autres cellules: les macrophages.

Ce sont des cellules immunitaires qui fonctionnent comme un agent d'entretien ou un anticorps, et ont pour but de rejeter tout ce qui est étranger au système épidermique.

Lire aussi: Tatouages - le dioxyde de titane présent dans les encres pourrait être nocif pour la santé

Mais ces cellules macrophages ont une particularité: elles meurent, et sont remplacées par d'autres cellules ensuite. C'est en partant de ce postulat que les scientifiques ont mené des recherches approfondies et ont expliqué la persistance des tatouages: en mourant, ces cellules "nettoyeuses" libèrent le pigment, et qui ensuite "recapturé" par les cellules remplaçantes.

L'équipe de scientifiques, dirigée par Sandrine Henri et Bernard Malissen du Centre d’Immunologie de Marseille-Luminy, pense qu'en étudiant ce procédé, il y aurait peut-être une alternative au laser à trouver. Et ainsi rendre l'effacement des tatouages indésirables plus facile, plus efficace et/ou moins douloureux.

Selon une équipe de chercheurs, si les tatouages indélébiles sont éternels, c'est parce que les cellules immunitaires qui renferment le pigment se renouvellent tout le temps.

Commentaires

-