Sothys, la crème de la crème made in Corrèze

Cosmétique

Sothys, la crème de la crème made in Corrèze

Publié le :

Lundi 05 Janvier 2015 - 16:25

Mise à jour :

Mardi 27 Janvier 2015 - 14:12
Entreprise française familiale à l’aura internationale, Sothys fabrique ses cosmétiques haut de gamme dans son usine corrézienne depuis 1971. Marque d’institut, elle mêle discrétion et respect de la nature, au service du bien-être du corps.
©Sothys
PARTAGER :

Astrid Seguin

-A +A

Derrière la grande porte noire du 128 rue du Faubourg Saint-Honoré à Paris se trouve l’une des marques de cosmétiques les plus prestigieuses de France: Sothys. Rue historique de l’entreprise, cette vitrine du 8e arrondissement de Paris n’est pourtant pas le centre névralgique de la marque. 

En plus de 60 ans d’existence, l’entreprise Sothys est toujours restée attachée à la Corrèze et partage sa production entre Meyssac, Brive-la-Gaillarde et Auriac. Créée en 1946 par un biologiste, le Dr Hotz, l’entreprise Sothys se situait à cette époque quelques numéros plus loin sur le Faubourg, au 163. Elle fut rachetée vingt ans plus tard, en 1966, par les familles Lacroix et Mas toutes deux originaires d’Auriac en Corrèze. 

Bernard Mas devient alors PDG de l’entreprise. Il a 26 ans. Sothys emploie à l’époque six salariés, loin des 550 que compte actuellement l’entreprise à l’échelle mondiale. Ce sont aujourd’hui les deux fils de Bernard Mas, Frédéric et Christian, qui tiennent les rênes de l’entreprise. 

Implantation corrézienne

L’entreprise se développant, Bernard Mas décide de déplacer au début des années 70 la production –jusque là effectuée dans les sous-sols du Faubourg Saint-Honoré– à Meyssac, sur les terres de ses origines familiales. Sothys y localise ses unités de production en 1989 avec notamment son Centre de recherche avancée.

Sont venus s’ajouter un peu plus à l’est –à Auriac– en 2005 les Jardins Sothys et leurs 3,7 hectares de parc forestier, jardin botanique et roseraie. Les jardins, témoins de l’importance du respect de la nature pour l’entreprise, se visitent et le restaurant, installé dans l’ancienne grange du site, est ouvert du 22 mars au 11 novembre.  

Forts de cette implantation locale, 90% de la production des produits Sothys s’effectue en France, le reste étant réalisé dans une usine de Miami. 

"Il y a eu sur Sothys des critiques plus ou moins positives, mais s’il y a une chose qui n’a jamais été discutée, c’est le produit", explique Christian Mas à FranceSoir. Et cela fait deux ans que son frère et lui s’attèlent à mieux faire connaître Sothys. Des efforts couronnés de succès. "Aujourd'hui, on voit que des clients viennent dans les instituts non pas forcément pour commander des soins mais également pour acheter des produits de la gamme Sothys". C’est en effet par le soin et les esthéticiennes que les adeptes des soins Sothys se sont familiarisés avec les produits de l’entreprise.

Car Sothys ne marche qu’en partenariat avec les instituts, les spas et les hôtels de luxe. Les esthéticiennes de l’entreprise suivent une formation spécifique: "pas de vente de la marque sans formation", selon Christian Mas. "Cela nous donne de la crédibilité"

Une entrée par la grande porte à la Maison Blanche

De l’usine de Meyssac sortent chaque année près de 450 tonnes d’émulsion et 160.000 litres de lotions. Les produits emballés se dirigent alors vers 120 pays différents. L’entreprise compte 14 filiales notamment en Allemagne, Autriche, Espagne, Finlande, Malaisie, Suisse, Japon, Etats-Unis….

Et ce sont justement les Etats-Unis qui ont donné un coup de projecteur inattendu à l’entreprise corrézienne. Un après-midi de mai 2012 –un vendredi, se souvient Christian Mas– c’est l’Elysée au bout du fil. François Hollande, fraîchement élu, et sa compagne de l'époque, Valérie Trierweiler, veulent apporter au couple Obama des produits made in Corrèze pour leur première visite outre-Atlantique. Le choix de la Première dame se porte vers la gamme Hydradvance et Hanakasumi de chez Sothys et un sac Le Tanneur. "Cet appel a été pour nous une surprise! Nous n’avons pas observé depuis d’augmentation directe des ventes, mais cette commande nous a fait une campagne de presse comme jamais nous n’avions eu" confie Christian Mas.

Pourtant, un coup de projecteur ne suffit pas à faire marcher une entreprise. "On a su prendre les virages", dit Christian Mas. Et le côté familial de Sothys a joué un rôle plus important qu’on ne peut l’imaginer. Car au-delà des liens commerciaux, les liens familiaux donnent une pérennité à l’entreprise corrézienne qui a réalisé l’an dernier un conséquent chiffre d’affaires de près de 58 millions d’euros.  

Cette réussite, l’entreprise la doit aussi à son caractère innovant. Elle fut parmi les premières dans les années 70 à proposer en institut un lifting esthétique, sans méthode invasive, via des produits au collagène. De même, au début des années 90, elle fut précurseur dans le remplacement des composants d’origine animale et des parabènes de ses cosmétiques par des sources végétales. 

 

Le logo Sothys

Sothys est à l’origine le nom d’une déesse égyptienne. Le peuple égyptien aurait ainsi baptisé une déesse de la beauté, après contemplation d’une étoile scintillante qui aurait provoqué sa fascination. Le Dr Hotz, fondateur de la marque, aurait choisi le nom de cette déesse en hommage à sa passion pour l’égyptologie.

 

Les produits Sothys se trouvent exclusivement en instituts et en spas.

Commentaires

-