Alimentation: peu de poisson dans le poisson pané

Alimentation: peu de poisson dans le poisson pané

Publié le :

Vendredi 03 Juin 2016 - 08:03

Mise à jour :

Vendredi 03 Juin 2016 - 08:07
Les plats cuisinés à base de poisson n'en contiendraient pas suffisamment, selon une étude publiée jeudi par l'association de consommateurs CLCV. Ainsi, dans certains produits industriels, la teneur en poisson ne dépasserait pas les 30%.
©Wikimedia Commons
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le poisson pané ne porte pas très bien son nom. C'est en quelque sorte le constat établit par l'association de consommateurs CLCV. Dans une étude, publiée jeudi 2, l'organisme tire la sonnette d'alarme sur les plats cuisinés à base de poisson. Concrètement, selon ses résultats, certains produits panés contiendraient parfois moins de 30% de poisson. Pour parvenir à cette conclusion, l'association de consommateurs à passé au crible les étiquettes de 237 produits (rillettes, surimis, soupes, parmentiers, brandade, plats cuisinés, hachés et panés), de marques nationales et de marques distributeurs.

Et les résultats sont assez "décevants". Parmi les mauvais élèves, on retrouve les brandades et parmentiers avec seulement 27% de poisson en moyenne, les soupes 29% et le surimi 35%. De leurs côtés, les panés et les rillettes font un peu mieux avec respectivement 56,6% et 58,4%. Les hachés prennent quant à eux la tête du classement avec 73,8% de poisson en moyenne. Côté informations livrées aux consommateurs, le bilan est encore une fois mitigé. Si CLCV  note "des progrès" depuis son enquête de 2014, elle attend encore des efforts, "notamment sur les panés". Concrètement, plus de 90% des produits analysés mentionnent le pourcentage de poisson de manière explicite. Seulement  voilà: moins de 10% ne le font toujours pas.

Autre point noir de cette étude et non des moindres: la composition des produits. La plupart d'entre eux serait ainsi fabriqués à base de chair et de pulpe. En d'autres termes: des mélanges de morceaux de poisson mixés avec les arêtes et la peau dans un broyeur. L'association rappelle en parallèle de bien faire gaffe au piège marketing. Les consommateurs doivent faire attention lorsqu'ils voient le mot "filet" apparaître sur l'emballage. La plupart du temps, il s'agit de pièces de cabillaud ou de colin reformées à partir de chairs agglomérées.

La CLCV note par ailleurs que les plats cuisinés à base de poisson sont globalement très salés. Certains produits destinés aux enfants, comme les panés, "sont un peu moins bons du point de vue nutritionnel que ceux à destination des adultes".

 

Les informations sur la composition des plats cuisinés à base de poisson restent imprécises, selon une étude publiée jeudi.


Commentaires

-