Pâques, le rendez-vous du chocolat

Pâques, le rendez-vous du chocolat

Publié le :

Jeudi 02 Avril 2015 - 15:49

Mise à jour :

Vendredi 03 Avril 2015 - 12:51
Une saveur qui fait l’unanimité, des possibilités infinies et des millions de consommateurs potentiels: le chocolat est une valeur sûre. Les Français étant exigeants, les fêtes de Pâques sont un rendez-vous à ne pas manquer pour les chocolatiers.
©François Lenoir/Reuters
PARTAGER :
-A +A

En barre, en carré ou en mignardise; nature, fourré ou praliné. Blanc, noir ou au lait. Le chocolat se décline de mille façons. Un plaisir simple et abordable qui génère un énorme marché.

Les Français font partie des grands consommateurs de chocolat. Ils en ingurgitent en moyenne 6,6 kilogrammes par an et par personne sous toutes les formes. Ce qui les place tout de même loin derrière les Allemands et leurs 11,6 kilogrammes. 

Présent dans pratiquement tous les foyers français, le chocolat représente pour un ménage un budget annuel moyen de 110 euros et le marché en France représente plus de 2,7 milliards d'euros. Avec 4 à 5% des ventes annuelles (soit 15.000 tonnes ingurgitées), Pâques est un rendez-vous à ne pas rater. Après Noël (environ 10% des ventes), c'est le plus important moment de l'année pour le secteur.

Des rendez-vous dont les résultats dépendraient également de facteurs extérieurs. Un printemps maussade permettrait d’augmenter les ventes, puisque par temps chaud les consommateurs semblent rebutés par l’idée du chocolat qui fond dans la main.

Autant dire que les producteurs de cet or brun (ou blanc) n’ont pas l’intention de laisser passer une telle manne. Ces dernières années, les chocolatiers, pâtissiers et confiseurs, qu’ils soient artisans ou industriels, ont rivalisé d’originalité et d’innovation pour profiter de ce marché qui ne connaît pas la crise. Chocolat qui ne fond pas, mélange de salé et de sucré, chocolats aux insectes chez certains artisans… il y a forcément un produit qui vous correspond.

Des Français exigeants

Il faut dire que les Français sont des consommateurs particuliers. D’une part, ils achètent de manière très saisonnière. Pour eux le chocolat est un achat-plaisir, mais son coût relativement modeste fait qu’ils ne se le refusent pas. Ce comportement rend les fêtes de Pâques et Noël encore plus importantes pour l'industrie du chocolat.

De même, le consommateur français est exigeant. Si, au pays de la gastronomie, on achète moins, on veut aussi acheter mieux. Les adultes préfèrent donc le chocolat noir, considéré comme plus fin, qui représente 30% de la consommation des Français, six fois plus que leurs voisins européens. Toutefois, ils recherchent également un bon rapport qualité/prix. Cela justifie que 80% des achats de chocolat soient effectués en grande surface. 

Face à cette concurrence, les artisans-chocolatiers mettent en avant leur savoir-faire bien sûr et la qualité de leurs produits, en principe dénués d’huile de palme, autorisée par l’Union européenne en 2000 et utilisée dans une partie de la production industrielle. Mais les artisans tentent également d’adapter leurs prix pour que leurs articles ne soient plus uniquement considérés comme des produits de luxe.

 

 

Pâques est, après les fêtes de Noël, le moment où les Français consomment le plus de chocolat.


Commentaires

-