Cabaia, la marque qui veut vous vendre des bonnets comme des cocktails

Cabaia, la marque qui veut vous vendre des bonnets comme des cocktails

Publié le :

Vendredi 28 Octobre 2016 - 11:30

Mise à jour :

Dimanche 30 Octobre 2016 - 13:42
©CP Conseil
PARTAGER :
-A +A

Vendre des bonnets comme des cocktails dans des magasins (ou plutôt des "bars à bonnets") qui ne seront ouverts que pour l'hiver, c'est le pari de Cabaia. Après une première tentative, plutôt confidentielle, mais couronnée de succès lors de la saison 2015-2016, la marque va ouvrir 50 points de vente cette année.

A défaut de températures réellement hivernales, la France passe déjà à l’heure d’hiver. Pour plusieurs secteurs d’activité, le moment est charnière, notamment dans le domaine de l’habillement. Reste à se démarquer lors d’une saison où l’ensemble des consommateurs ont les même besoins: du vêtement chaud. C’est ce que va tenter de faire –pour la deuxième année consécutive– la société Cabaia spécialisée dans le bonnet. Avec un concept pour le moins atypique: vendre ses produits sous des noms de cocktails, avec des pompons aimantés amovibles "en guise de glaçons" et le tout "servi dans un shaker" nous promet la marque. Et surtout en assumant une stratégie totalement saisonnière puisque Cabaia va ouvrir à partir du 1er novembre 50 magasins –que la marque présente, forcément, comme des "bars à bonnets"–  dans des centres commerciaux, et uniquement pour l’hiver. Objectif: vendre 650.000 de ses bonnets "cocktails" –qu'ils se nomment "mojito" ou "sex on the beach"– pendant la saison. Au prix de 35 euros pièce.

Un peu cher, non? "Les bonnets d’entrée de gamme sont vendus dans le commerce au prix de 12 à 15 euros. Nous nous inscrivons dans du milieu de gamme, où la concurrence est plutôt aux alentours de 40 euros. Nous sommes donc compétitifs sur les prix grâce à un nombre d'intermédiaires réduits, et nous offrons surtout l’expérience d’achat en plus!" affirme Bastien Valensi, le jeune dirigeant de Cabaia. Qui se félicite aussi de "faire fabriquer tous ses produits en Europe, et de ne pas vendre du +made in China". Par "Europe", comprenez la Pologne et, prochainement, le Portugal.

Et l’entrepreneur croit à son modèle de commerces éphémères: "Le commerce traditionnel, en point de vente physiques veut tout, plus vite. Le commerce éphémère répond à cette demande du bon produit au bon moment. Nous allons donc développer cette stratégie, et préparons deux nouvelles offres dans les mois à venir, à savoir  +la guinguette à chaussettes+ et +la plage à tongs+". Audacieux, pour des produits certes de qualité, mais qui ne jouent pas forcément sur le premium à tout prix? "Notre atout, c’est notre ton" assure Bastien Valensi.

Pour ceux qui, pour le concept ou le souvenir de leur été, voudront acquérir un bonnet servi dans un shaker surmonté de son pompon, rendez-vous dans les magasins des Galeries Lafayette ou du Printemps ainsi que plusieurs centres commerciaux dont vous trouverez la liste sur ce lien. Santé.

 

Bastien Valensi compte développer ses activités sur d'autres produits, mais toujours sur des points de vente éphémères.


Commentaires

-