La ruée vers l'or rose de la Saint-Valentin

La ruée vers l'or rose de la Saint-Valentin

Publié le :

Mercredi 28 Janvier 2015 - 10:50

Mise à jour :

Samedi 14 Février 2015 - 23:40
Samedi 14 février, les amoureux de France et du monde entier vont fêter la Saint-Valentin. En tête du hit-parade des cadeaux du jour, la rose rouge est très demandée. A tel point que les prix flambent.
©John Vizcaino/Reuters
PARTAGER :
-A +A

Fête romantique pour les uns, date commerciale pour les autres, la Saint-Valentin est devenue un événement bien ancré en France. Selon une étude Ifop/MasterLock parue le 30 janvier 2014, 52% des Français en couple comptent marquer le coup le 14 février.

L’origine de cette fête remonterait à l’Antiquité, mais c’est au Ve siècle que le pape Gélase Ier décide de dédier le 14 février aux amoureux. La date est choisie en mémoire de Saint Valentin, martyrisé au IIIe siècle pour avoir consacré en secret des mariages chrétiens. Condamné à mort, Valentin tombe amoureux de la fille de son geôlier à laquelle il redonne la vue. Et, pour lui déclarer sa flamme, il lui fait parvenir un petit mot signé "de ton Valentin". Ce n’est que bien plus tard, à l’époque moderne, qu’apparaîtra la tradition de l’échange des cadeaux.

Dîner romantique, bijou, lingerie, coffret, parfum… les Français misent sur les grands classiques pour cette fête de l’Amour. Mais il en existe également des plus originaux, comme le méconnu plaid de couple, le très romantique message dans une bouteille, le gnangnan bouquet de chatons en peluche, ou le peu digeste bonbon nounours géant (liste non exhaustive).

Mais le vrai cadeau "star" de la Saint-Valentin, celui qu’attendent (a minima) la plupart des femmes, et qu’achètent la plupart des hommes, est beaucoup plus simple. Valeur sûre, le bouquet de fleur est ainsi l’arme ultime de tout amoureux digne de ce nom.

Deuxième fête de l’année pour les fleuristes, derrière la Fête des mères, le 14 février est pour eux synonyme de jackpot. Ils réalisent ainsi près de 5% de leur chiffre d’affaires annuel lors de cette seule journée. Et, selon les données de l’établissement national FranceAgriMer, ces commerces sont le lieu privilégié des achats de fleurs ou de plantes le jour de la Saint-Valentin avec 64% des volumes et 78% des dépenses, en 2013. Viennent ensuite les grandes et moyennes surfaces (22% des volumes et 9% des dépenses), puis les jardineries spécialisées (6% et 4%).

Ah, le pouvoir des fleurs… Ou plutôt des roses. Car, toujours selon FranceAgriMer, elles représentent plus de 79% des ventes de fleurs coupées (à la pièce ou en bouquet) réalisées le 14 février, dont une large part de rouges, forcément.

"Les prix peuvent doubler"

Vendues en moyenne un peu moins de trois euros pièce le reste de l’année, selon l’Insee, les roses peuvent voir leur prix s’envoler le jour de la fête des amoureux. "Près d’une semaine avant la Saint-Valentin, les prix montent et peuvent aller jusqu’à doubler", affirme ainsi à FranceSoir Pascal Mutel, professionnel du secteur et vice-président de la Chambre syndicale des fleuristes d’Île-de-France. "Les roses font partie des produits appelés +ultra-frais+ (qui se périssent en quelques jours seulement, NDLR) et les stocks sont donc pratiquement inexistants. Avec une demande qui augmente fortement (et mondialement) ce jour-là et une offre qui ne peut suivre, la hausse est mécanique".

Même son de cloche du côté de Jean-Louis Anxoine, Meilleur ouvrier de France fleuriste, qui précise toutefois que les prix fluctuent largement d’une variété de roses à l’autre (il en existe plus de 3.000 et de nouvelles sont créées chaque année). Produite principalement en Equateur, au Kenya, en Ethiopie et aux Pays-Bas, la reine des fleurs peut parfois être de piètre qualité.

Comment bien choisir ses roses, dans ce cas? "C’est peut-être surprenant, mais un des meilleurs gages de qualité, c’est d’avoir une fleur penchée", explique Jean-Louis Anxoine, "cela signifie que la fleur est gorgée d’eau et que son bulbe, qui doit être ferme, est frais". Autre indicateur important, selon le spécialiste: la tige, qui se doit d’être longue.

"Avec ces critères, on a de bonnes chances d’avoir une fleur qualitative et qui ne fanera pas au bout de quelques jours. Certaines peuvent même durer jusqu’à trois semaines", assure le Meilleur ouvrier de France. 

Jean-Louis Anxoine rappelle également, et ce n’est pas une surprise, que qualité et longévité des roses se caractérisent généralement par des prix assez élevés. Mais après tout, et particulièrement le jour de la Saint-Valentin, quand on aime, on ne compte pas…

 

Près de 80% des fleurs vendues à la Saint-Valentin sont des roses.


Commentaires

-