Musique: casques audio obligatoires

Musique: casques audio obligatoires

Publié le :

Lundi 17 Novembre 2014 - 12:46

Mise à jour :

Vendredi 27 Mars 2015 - 16:08
A l’origine simple accessoire, le casque audio se décline aujourd’hui selon tous les styles, les budgets et les degrés de qualité. A chacun de bien choisir le sien, en fonction de ses besoins... et de la mode.
©Fabrizio Bensch/reuters
PARTAGER :
-A +A

Dans la rue, les transports en commun, au bureau ou à la maison, devant l’ordinateur ou en plein jogging, les casques audio sont partout. Avec la révolution numérique, la musique est devenue compacte, volatile, entraînant une explosion des ventes de baladeurs MP3 et leur cohorte de tablettes et smartphones. Résultat, le marché du casque audio ne s’est jamais aussi bien porté. 

Car au-delà des ventes, les prix se sont également envolés. Alors qu’il y a encore quelques années le casque audio n’était que le prolongement nécessaire du baladeur, le phénomène s’est en partie inversé, au point que certains consommateurs investissent plus dans leur casque que dans le support musical. 

La faute aux innovations technologiques, bien sûr, aux nouvelles exigences des utilisateurs, aussi, mais également parce que le casque audio est devenu un accessoire de mode. Ainsi les discrètes oreillettes sont de moins en moins prisées tandis que les casques à arceau font un retour en force. 

Il est pratiquement impossible pour le profane de s’y repérer au travers des centaines de références et des prix allant de trois/quatre euros à plusieurs centaines d’euros. Symbole de ce phénomène, en 2012 ce marché était en passe de rattraper celui des chaînes hi-fi en France, grâce à plusieurs années de croissance à deux chiffres. Une croissance qui s’est atténuée en 2013, le marché semblant avoir atteint son apogée, mais les revenus générés par la vente de casques audio dans l’Hexagone dépassent tout de même les 325 millions d’euros, selon le cabinet d’étude GFK.  Et si les ventes ont tendances a stagné ou a reculé, le marché du haut de gamme et des produits connectés lui assure tout de même de belles perspectives.

Plus qu’un accessoire

Le chiffre d’affaires généré par les casques audio a fait un bon de 36% en 2011 alors que le nombre d’articles vendus n’a, lui, augmenté "que" de 18%. Une tendance qui s’est accentuée au premier semestre 2012 avec une hausse de 5% d’unités vendus mais une augmentation  du chiffre d’affaires presque quatre fois supérieure (18%). 

Cet écart est bien sûr dû à la nette augmentation du prix des produits les plus prisés. Un rapide coup d’œil sur les articles proposés suffit à illustrer le phénomène. Des dizaines de casques à 300 euros ou plus comme les fameux Beats by Dre, popularisés par les sportifs– sont disponibles, sur plusieurs centaines proposés, la plupart à moins de 60 euros. Alors comment justifier de telles disparités de prix? 

Le premier élément de réponse est d’une simplicité renversante. Oui, il existe des différences significatives de qualité de son. A fortiori si vous utilisez votre casque avec un baladeur. Car la plupart des appareils vendus utilisent les mêmes technologies en termes de qualité sonore. C’est donc bien votre casque qui fera la différence. 

Malheureusement il est très difficile de "mesurer" la qualité du son d’un casque, d’autant plus qu’elle dépend de l’utilisation que vous en faites. Par exemple la fréquence (indiquée en Hz) d’un casque démontre sa qualité à rendre les sons les plus bas (indiquée par la fréquence la plus faible) et les plus aigus (chiffre le plus haut). Le même article ne sera donc pas aussi bien adapté à la techno qu’à la musique classique. Si vos goûts sont éclectiques, une fréquence comprise entre 20 et 20.000 Hz est un bon compromis.

De même, les meilleurs produits ont une forte impédance (exprimée en Ohms). Ne tombez pas dans le piège d’en faire un gage de qualité, à moins d’être un passionné et d’écouter du Wagner sur un excellent ampli. En plus d’une efficacité relative lorsqu’il est connecté à votre baladeur, un casque à impédance forte pompera sérieusement sur votre batterie.

Une qualité pas toujours nécessaire

Pas de secret, la qualité du son est essentiellement due à celle des matériaux. Pensez donc à tester votre casque avant de l’acheter, idéalement sur votre propre lecteur. 

Les produits les plus chers (plus de 100 euros) ne rendront l’intégralité de leur potentiel que s’ils sont couplés à un système d’écoute de qualité. Ne vous en encombrez pas si vous n’avez qu’un lecteur MP3 standard, rempli de morceaux de qualité moyenne, tombés du camion internet.

Autre critère à ne pas négliger si vous êtes accro à votre casque, le confort. Après plusieurs heures d’écoute, vos oreilles vous remercieront d’avoir mis quelques euros de plus. Préférez alors un casque circum-oral dont les coussins entourent complètement l’oreille au lieu de l’écraser. En plus de ne pas avoir la sensation de sortir d’une mêlée de rugby, vous vous garantirez une meilleure isolation du monde extérieur, pas systématiquement garantie avec les autres modèles.

Dans la même logique, certains modèles sont équipés de réducteurs de bruit extérieur, très pratiques contre les moteurs d’avion ou les voisins trompettistes. Ce système est disponible sur la majorité des produits haut-de-gamme (Bose QuietComfort 25).

Enfin, la multiplication des modèles s’explique par les différentes options possibles. Casque sans fil pour la télé ou via Bluetooth, doté d’un micro pour les fans de jeux vidéo, avec ou sans contrôleur de volume intégré, blanc, noir, violet ou à pois… le casque audio idéal, c’est celui qui vous correspond.

 

Pour choisir son casque audio, pas de secret, il faut l'essayer.


Commentaires

-