Couvre-feu: non, vous ne pouvez pas contourner les interdictions grâce à Airbnb

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Couvre-feu: non, vous ne pouvez pas contourner les interdictions grâce à Airbnb

Publié le 16/10/2020 à 10:24 - Mise à jour à 10:37
Eric Nopanen
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

Dès l'annonce de mesures de couvre-feu pour tenter d'endiguer la deuxième vague de COVID19, faite par Emmanuel Macron le 14 octobre, les Français ont commencé à imaginer l'impact de ces restrictions inédites sur leur quotidien. Un dîner, ou une fête, peuvent-ils être organisés, s’ils se terminent avant 21h? Si oui, comment s'assurer que les invités partent bien avant l'heure du couvre-feu, pour éviter de se retrouver à dormir chez leur hôte? Ces mesures sont restrictives et difficiles pour les français, mais elles évoquent aussi des situations cocasses, et de nombreux “memes” diffusés sur les réseaux sociaux illustrent de manière décalée comment se debarraser de ses convives avant l’heure fatidique, comment sortir en coup de vent de chez quelqu'un, comment réussir à s’incruster à dormir chez quelqu’un pour éviter de se retrouver dehors, ou même comment simuler le fait d’être un “sans-abri”, si l’on se retrouve piégé dehors après 21h…
Pour pouvoir organiser des soirées et contourner ces mesures sanitaires, certains ont déjà imaginé recourir à des locations de courte durée. Attention cependant, car les plateformes ont déjà réagi, et cela est par exemple formellement interdit sur Airbnb.

Les fêtes Airbnb sont interdites

En France, depuis août dernier, la plateforme a posé des limites strictes aux fêtards qui se servaient des locations de courte durée pour organiser leurs soirées. Pour cela, Airbnb a mis en place le repérage du profil du jeune à risque: les personnes de moins de 25 ans, avec plus de trois commentaires négatifs, qui souhaitent louer un logement entier près de leur domicile sont automatiquement détectées et ne peuvent pas louer. De cette façon Airbnb limite les fêtes non autorisées qui engendraient souvent des dégâts dans les locations, qui étaient sources de plaintes de comportements inappropriés, et qui étaient contraires au confinement et au coure-feu.
Selon l'entreprise, ces mesures ont montré leur efficacité aux Etats-Unis et au Canada: "de premiers tests ont montré une baisse significative du nombre de soirées non autorisées organisées par ces catégories d'utilisateurs après la mise en place de cette mesure". Cette restriction a été étendue à des pays voisins de la France, en Espagne et au Royaume Uni.

Prostitution: louer un logement sur Airbnb est aussi illégal

Depuis le confinement la plateforme de location était aussi utilisée comme un moyen pour permettre la prostitution, qui n’était plus possible sur la voie publique. En mai dernier, Ian Brossat, adjoint à la maire de Paris chargé du logement, s'était déjà alarmé des mauvaises utilisations d’Airbnb. La location de courte duree était utilisée non seulement pour faire des fêtes, mais aussi dans le cadre de trafic de stupéfiants, et de la prostitution.
Fin juillet, Le Parisien révelait des excès répétés dans deux locations Airbnb situées au Tremblay-en-France, en Seine-Saint-Denis.  Apres plusieurs mois, le propriétaire de deux appartements a décidé de vendre, pour se debarraser de ces biens, qui, loués sur Airbnb etaient utilisés régulièrement pour des soirées.
À Chessy en Seine-et-Marne , des voisins ont même fait un travail de détective pour résoudre le mystère du tapage nocturne à toutes heures, de l’augmentation des allées et venues, et de la dégradation des parties communes. Selon un article de La Marne, les voisins on fait  quelques recherches et ont retrouvé une annonce d’escort girl. “Nous avons appelé en nous faisant passer pour des clients, il n’y avait plus de doutes à avoir !”, s’indigne un des voisins. Ce phénomène a été signalé aux municipalités comme à la police. Les voisins indignés se sont organises en Groupe Facebook où ils font difusé une pétition pour réussir à convaincre les syndicats de copropriété d'appliquer des restrictions aux locations meublées.
Une régulation spécifique est en effet nécessaire pour mieux encadrer les dérives pendant les restrictions sanitaires, qui peuvent aggraver les mauvaises comportements dans des voisinages qui sont déjà en proie au vide réglementaire du secteur des locations de courte durée.

Auteur(s): FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


En France, depuis août dernier, Airbnb a posé des limites strictes aux fêtards qui se servaient des locations de courte durée pour organiser leurs soirées.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-