Loto du patrimoine 2020 : comment jouer et quels sites seront restaurés en 2020 ?

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Loto du patrimoine 2020 : comment jouer et quels sites seront restaurés en 2020 ?

Publié le 01/09/2020 à 11:41 - Mise à jour à 11:46
© LUDOVIC MARIN / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

L’opération, lancée en 2018 par Stéphane Bern, connaît un grand succès : pour la troisième année consécutive, en collaboration avec la Française des Jeux, Stéphane Bern lance le Loto du patrimoine. Depuis hier, lundi 31 août, les buralistes vendent dont les tickets de jeu à gratter Illiko Mission Patrimoine au prix de 15 euros. Sur cette somme, 1,76 euros iront en priorité à la restauration des monuments en péril, via la Fondation du Patrimoine. A la clé potentiellement pour les joueurs : 1,5 million d'euros.

Au-delà de ces tickets spécialement mis en vente, il sera possible de participer au Loto du Patrimoine en achetant un ticket pour l’un des tirages de Loto classiques qui se dérouleront juste avant les Journées du Patrimoine : les 9, 12, 14, 16 et 19 septembre 2020. La mise de départ minimale est fixée à 2,20€ (dont sont 0,54€ reversés à la fondation du Patrimoine).

En 2019, près de 25 millions d’euros ont été récoltés grâce à cette opération. Depuis sa création, le Loto du Patrimoine a d’ores et déjà permis la restauration de 39 sites. 131 autres sont en cours.

Quels sont les 18 sites prioritaires pour le Loto du patrimoine 2020 ?

L’animateur-journaliste, chargé de la mission patrimoine, avait dévoilé, fin juin, la liste des 18 sites sélectionnés en priorité, en métropole et en Outre-Mer.
Ils ont été retenus en fonction de leur intérêt patrimonial, de leur situation de péril mais aussi de la qualité du projet de sauvegarde.

  • Auvergne-Rhône-Alpes : église Saint-Etienne de Mélas au Teil (Ardèche)
  • Bourgogne-Franche-Comté : temple protestant Saint-Martin à Montbéliard (Doubs)
  • Bretagne : phare, fort et caserne de l’Ile-aux-Moines (Côtes d'Armor)
  • Centre-Val de Loire : grange pyramidale à Jars (Cher)
  • Corse : couvent des Filles-de-Marie de l’Île Rousse (Haute-Corse)
  • Grand Est : séchoir à tabac de Lipsheim, remonté à l’Ecomusée d’Alsace d’Ungersheim (Haut-Rhin)
  • Hauts-de-France : église Saint-Pierre de Dompierre-sur-Authie (Somme)
  • Ile-de-France : fort de Cormeilles-en-Parisis (Val-d’Oise)
  • Normandie : théâtre romain de Lillebonne (Seine-Maritime)
  • Nouvelle Aquitaine : viaduc des Rochers Noirs (Corrèze)
  • Occitanie : abbaye Sainte-Marie de Lagrasse (Aude)
  • Pays de la Loire : ancien Tribunal à Baugé-en-Anjou (Maine-et-Loire)
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur : cathédrale Notre-Dame-du-Réal à Embrun (Hautes-Alpes)
  • Guadeloupe : Habitation Zévallos au Moule
  • Martinique : église du Sacré-Cœur de Balata
  • Guyane : église Saint-Joseph d’Iracoubo
  • La Réunion : pont suspendu de La Rivière de l’Est
  • Saint-Pierre-et-Miquelon : cathédrale de Saint-Pierr

101 autres sites sont également sélectionnés et pourront bénéficier de fonds pour leur préservation.
Vous pouvez les découvrir dans le détail sur le site Mission Stéphane Bern, en collaboration à avec la Fondation du Patrimoine.

A lire aussi : Monuments historiques : un patrimoine à l'abandon en période de confinement ?

Auteur(s): FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


Stéphane Bern, chargé de la mission Patrimoine

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-