Macao, c'est le jour et la nuit (DIAPORAMA)

Tourisme

Macao, c'est le jour et la nuit (DIAPORAMA)

Publié le :

Mardi 03 Janvier 2017 - 01:09

Dernière mise à jour :

Dimanche 08 Janvier 2017 - 10:41
Connue pour ses casinos et sa vie nocturne, Macao est aussi une destination touristique pour les amateurs d'architecture coloniale portugaise.
Facebook icon
Twitter icon
Google icon
©MGTO
-A +A

Hong Kong, colonie britannique, a été restituée à la Chine en 1997, et deux ans plus tard Macao, colonie portugaise, a subi le même sort. Toutes deux sont, pour une période de 50 ans, des territoires chinois à statut spécial, différent de la Chine continentale.

L'activité des casinos, à Macao surnommée "L'enfer du jeu", a profité de ce changement en voyant affluer, ces dernières années, les nouveaux riches et la classe moyenne chinois, plus seulement de Hong Kong mais aussi du continent, deux endroits où le jeu est interdit. Depuis 2006, la presqu'île a ainsi dépassé Las Vegas comme première place mondiale dans ce domaine, et génère désormais un chiffre d'affaires sept fois supérieur.

Le célèbre Hotel Lisboa cylindrique et son vieux casino circulaire sur trois étages reste l'un des symboles de la ville, avec ses tons ocres et orange et son service impeccable qui en font un des meilleurs rapports qualité-prix face aux géants installés ces dernières années: Wynn, Sands, MGM, StarWorld, Grand Lisboa, Mandarin Oriental.

Mais c'est sur l'autre île de la péninsule, Taïpa, distante de quelques kilomètres et reliée par trois ponts géants, que se situent les hôtels-casinos les plus impressionnants par leur taille et leur luxe, aux noms hollywoodiens: Venetian (où sont reconstitués en miniature la place Saint-Marc et les canaux de Venise), GalaxyBroadway, City of Dreams, Studio City, le tout nouveau Parisian (avec réplique de la Tour Eiffel et de rues de Paris), etc.

Tout cela, c'est "l'enfer du jeu", le luxe et les magasins de marque, les milliers de chambres d'hôtel et les dizaines de milliers de tables de casino, la vie nocturne avec ses restaurants et ses bars. Mais de jour, Macao a un tout autre charme si l'on s'éloigne des casinos et si l'on s'enfonce dans la vieille ville.

On y découvre alors une architecture portugaise, avec ses arcades, ses azulejos (carrés de céramiques blancs et bleus indiquant le nom des rues aux carrefours), ses restaurants à morue et à vino verde, ses églises et ses bâtiments militaires. Dans ce centre historique classé en 2005 au Patrimoine mondial de l'Unesco, le visiteur peut trouver le calme dans les jardins publics où les retraités jouent aux échecs ou font des exercices de gymnastique, flâner dans les cimetières chrétiens ou chinois, goûter au plaisir du jeu à l'ancienne dans le canidrome (courses de lévriers), faire des affaires sur les marchés en plein air dans les petites ruelles.

Bien sûr les touristes viennent principalement pour les casinos, mais depuis plusieurs années l'office de tourisme met l'accent sur les édifices historiques à visiter, vestiges coloniaux qui témoignent de l'histoire de la péninsule depuis que les marins portugais y ont débarqué en 1553 en baptisant le lieu A-Ma-Gao (en l’honneur de la déesse des marins, A-Ma). L'endroit le plus visité et le plus emblématique de ce Macao historique sont les ruines de Saint-Paul, vestiges de l'Eglise de Mater Dei construite entre 1602 et 1640 et détruite par un incendie en 1835.

Pour donner de la ville une autre image que celle des casinos, les autorités organisent tout au long de l'année une série d'événements culturels ou touristiques: Nouvel An chinois bien sûr, festival des arts, concours international de feux d'artifices, festival international de musique, procession religieuse de Notre-Dame de Fatima, fête de la déesse A-Ma, course de bateaux-dragons chinois, marathon international et même un Grand Prix automobile de formule-3.

Le moderne et petit aéroport de Macao n'accueille pas de vols directs en provenance d'Europe, il faut faire escale à Hong Kong (par vol direct Air France ou Cathay Pacific, ou vol avec escale sur Malaysia Airlines, Lufthansa, British Airways, Swiss, Emirates, Etihad Airways, Qatar Airways, Aeroflot, Finnair ou Thai Aiways, avec des allers-retours à partir de 500 euros). Autre moyen de relier Macao depuis Hong Kong: l'hydroglisseur, en une heure environ et pour l'équivalent d'environ 20 euros.

(Voir ci-dessous un diaporama des principaux points d'intérêt de Macao):

Macao, c'est "l'enfer du jeu". Mais pas seulement.

Auteur : Jean-Michel Comte