Seconde Guerre mondiale: les lieux de mémoire à visiter en France (Diaporama)

Mémoire

Seconde Guerre mondiale: les lieux de mémoire à visiter en France (Diaporama)

Publié le :

Mardi 05 Juin 2018 - 16:28

Mise à jour :

Mercredi 06 Juin 2018 - 12:51
A l'occasion du 74e anniversaire du Débarquement de Normandie, "France-Soir" vous propose de découvrir les lieux de mémoire de la Seconde Guerre mondiale, de l'occupation à l'arrivée des Alliées en passant par l'Histoire de la Résistance et de la déportation.
©Wikimedia Commons
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

Le 6 juin 1944, les Alliés débarquaient sur les plages de Normandie. En hommage aux milliers de soldats qui se sont sacrifiés pour libérer la France et combattre le nazisme.

Pour autant, la Seconde guerre mondiale en France ne se limite pas à ce seul événement, si majeur soit-il. Occupation, Résistance, déportation,  opérations militaires, France -Soir vous propose une sélection de musées et de mémoriaux, un peu partout en France, abordant les différentes facettes de cette période.

> Le Mémorial de Caen

Origines de la guerre, montée du nazisme, détails des opérations militaires de 1939 à 1945, mais aussi vie quotidienne sous l’occupation, Résistance, collaboration, régime de Vichy, Solution finale... Le Mémorial de Caen, c’est LE musée français sur la Seconde guerre mondiale.

Réparties sur plusieurs milliers de mètres carrés, ses expositions permanentes ou temporaires, déployant des trésors de pédagogie et de détails, sont adaptées à tous les publics.

> Le camp d'extermination de Struthof

L'Alsace avait été rattachée à l'Allemagne sous l'Occupation. Mais la commune de Natzwiller se trouve aujourd'hui sur le territoire français. Ce qui fait du camp d'extermination de Struthof le seul de France.

Il fait donc partie de ces lieux où est exposée la barbarie Nazi. La potence, le four crématoire ou la salle d'expérimentations "médicales" ont été recréés. La visite s'effectue donc en silence et est déconseillée aux enfants de moins de 10 ans.

> Vassieux-en-Vercors

Dès 1940 le massif du Vercors, dans l’ouest des Alpes, alors en zone libre, est un refuge pour les premiers résistants français. Devenu un maquis de premier plan –comptant jusqu’à 4.000 hommes–, il a été attaqué et conquis par la Wehrmacht en juillet 1944. La répression sauvage des soldats allemands, qui sont allés jusqu’à exécuter les blessés, et le sentiment de gâchis inutile qui s’en est suivi a ancré son image de haut lieu de la Résistance. C’est tout naturellement à Vassieux-en-Vercors qu’un Mémorial de la Résistance a été érigé.

> Oradour-sur-Glane

C’est ici qu’a eu lieu l’un des pires massacres commis par les armées allemandes sur le territoire français. Le 10 juin 1944, vers 14h, environ 200 soldats de la tristement célèbre division SS "Das Reich" entrent dans Oradour-sur-Glane (Haute-Vienne), à une vingtaine de kilomètres au nord-ouest de Limoges. Lorsqu’ils repartent, en début de soirée, ils laissent derrière eux 642 cadavres d’hommes, de femmes, d’enfants. Classé dès novembre 1944, le village d’Oradour-sur-Glane a, depuis, été conservé en l’état (un nouveau a été reconstruit tout près).

> Mémorial de Provence

C’est une opération méconnue mais qui a pourtant pesé dans la libération du territoire français. Le 15 août 1944, alors que la bataille de Normandie fait rage, les Alliés lancent un autre débarquement, en Provence. L’objectif était d’ouvrir un nouveau front et de prendre les ports en eaux profondes donnant sur la Méditerranée. Aménagé dans un ancien fort dominant la ville de Toulon, le Mémorial du débarquement de Provence comporte cinq salles. Chacune est dédiée aux forces qui étaient en présence en août 1944.

> Mémorial de l'internement et de la déportation de Compiègne

Ville de transit entre Paris et l'Allemagne, Compiègne a accueilli de nombreux déportés durant la Seconde Guerre mondiale. Sur l'ancienne caserne de Royalieu avait été installé un camp d'internement par lequel près de 45.000 personnes sont passées durant l'Occupation.

Transformé en musée en 2008, il réuni systèmes audiovisuels, documents originaux et témoignages pour faire découvrir cette époque et les conditions de vie des prisonniers.

> Musée d’Arromanches

C’est probablement l’une des clés de la victoire des Alliés dans la bataille de Normandie. Opérationnel dès le 14 juin 1944, le port artificiel d’Arromanches, seul en service après la destruction de son homologue installé sur Omaha Beach, joue un rôle de premier plan dans la logistique des armées britanniques.

Premier musée de France construit pour commémorer le Jour-J, le musée du Débarquement d’Arromanches (Calvados) permet de découvrir l’histoire de ce monument du génie militaire.

La France célèbre cette année le 74e anniversaire du Débarquement de Normandie.

Commentaires

-