Admission post-bac: vers une simplification du système

Admission post-bac: vers une simplification du système

Publié le 08/12/2015 à 09:41 - Mise à jour à 09:55
©Konrad K/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Face à la difficulté de milliers d'élèves de terminale à s'orienter, la procédure d'admission post-bac (APB) va changer cette année. A présent, les futurs bacheliers pourront mieux cibler leurs choix afin de ne pas se retrouver dans un établissement qu'ils n'ont pas demandé.

Chaque année, à partir du 20 janvier, c'est la même chose: les élèves de terminale doivent prononcer et classer leurs vœux pour l'année à venir sur le site "Admission post-bac" (APB), une plateforme qui leur permet de s'inscrire à l'université ou bien dans une filière sélective. Seulement voilà: cette procédure, longue et compliquée, est devenue un véritable casse-tête pour nombre de lycéens. C'est pour cela que la ministre de l'Education nationale Najat Vallaud-Belkacem et le secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur Thierry Mandon, présentent ce mardi de nouvelles mesures. Cela afin de simplifier la tâche et faciliter les choix des élèves afin qu'ils ne se retrouvent pas sur le carreau à quelques jours de la nouvelle année scolaire. En août dernier, près de 15.000 bacheliers étaient sans affectation pour la rentrée.

Première nouveauté: la visibilité sur les chances de réussite. Ainsi, dès qu'un élève postulera dans une école ou une université, le logiciel lui indiquera quel pourcentage d'étudiants arrive à décrocher la licence, en fonction du bac qu'il a obtenu. Il obtiendra également plus de détails sur les débouchés de la filière qu'il a choisie.

Dans un second temps, parmi les vœux qu'il devra prononcer, le candidat ne pourra plus demander uniquement en filières sélectives, à l'image des classes préparatoires aux grandes écoles ou des BTS. Afin de ne pas se retrouver sans solution à la dernière minute, il devra ainsi formuler au moins un vœu dans une faculté.

En parallèle, celles et ceux qui se destinent à des voix surchargées comme la Paces (Première année commune aux études de santé), le droit, les Staps (Sciences et techniques des activités physiques et sportives) ou bien la psychologie, devront opter non plus pour une fac, mais pour une matière (par exemple psycho), et classer ensuite, à l'intérieur de ce vœu, les lieux qui proposent cette formation par ordre de préférence. "Cela va conduire des étudiants à se déplacer et nous les accompagnerons dans cette mobilité, y compris financièrement, en aidant aux transports, ou pour trouver une place en résidence universitaire par le biais des Crous", a promis la ministre lors d'une interview accordée au Parisien.

Enfin, un nouveau système de commission va être expérimenté par les académies d'Amiens, Dijon, Nancy-Metz, Nantes et Toulon. En cas de difficulté d’orientation pour un élève, son lycée pourra saisir cette commission. Cette dernière devra alors faire des offres, proposer des formations adaptées au jeune concerné, qu’il sera ensuite libre d’accepter ou non. 

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


Les lycéens seront bientôt mieux orientés pour choisir leurs futures études.

Annonces immobilières

Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-