Alimentation, textile, cosmétiques: comment se protéger des perturbateurs endocriniens cachés un peu partout

Substances indésirables

Alimentation, textile, cosmétiques: comment se protéger des perturbateurs endocriniens cachés un peu partout

Publié le :

Jeudi 13 Octobre 2016 - 12:42

Mise à jour :

Jeudi 13 Octobre 2016 - 13:03
Accusés d'avoir des conséquences néfastes sur la santé, les perturbateurs endocriniens sont omniprésents dans notre environnement. Alors, pour limiter l'exposition à ces produits dangereux, voici quelques règles à suivre.
©A.G.Photographe/Flickr

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr

  
-A +A

Dans l'alimentation, les textiles ou encore les cosmétiques: les perturbateurs endocriniens (pesticides, phtalates, bisphénol A, parabènes, etc.) sont partout. Particulièrement présents dans notre environnement, ils perturbent le système hormonal et peuvent générer maladies et anomalies. Alors pour limiter l'exposition à ces substances chimiques, d'origine naturelle ou artificielle, quelques règles sont à suivre. FranceSoir a compilé quelques conseils pour les éviter au quotidien.

> Dans l'alimentation

Pour éviter les mauvaises surprises, il est nécessaire de se tourner vers le bio, surtout en ce qui concerne les fruits et légumes. Car parmi les molécules désignées comme perturbatrices du système endocrinien, on retrouve de nombreux engrais et pesticides. Une idée confortée par la récente étude menée par l'ONG Générations Futures dans laquelle elle dénonce la présence de résidus de pesticides dans des mueslis aux fruits non bio.

Toutefois, même s'il privilégie le bio, le consommateur ne peut être sûr de l'absence de perturbateurs endocriniens dans ses aliments car des résidus de pesticides peuvent toujours persister dans les sols. Ainsi, il est donc fortement recommandé d'éplucher tous les fruits et légumes. Il est aussi conseillé d'éviter tout ce qui est emballages plastiques et boîtes en conserve. Quant à l'utilisation du micro-ondes, il est recommandé d'utiliser les assiettes ou les plats en verre pour réchauffer ses aliments car la chaleur fait migrer le bisphénol ou les phtalates dans la nourriture.

> Dans les textiles

Ce n'est pas nouveau, les vêtements et textiles regorgent de produits toxiques (traitements anti-tâches et teintures par exemple) et de produits potentiellement perturbateurs endocriniens. Alors pour éviter de s'y frotter, il est recommandé de laver ses vêtements après les avoir achetés. Il est également conseillé d'utiliser des poudres bio pour laver les habits.

> Dans les cosmétiques

Vernis à ongles, fond de teint, maquillage pour les yeux, gel douche ou déodorant: des milliers de produits cosmétiques contiennent des perturbateurs endocriniens. Concrètement, pour éviter de s'en enduire le corps, il faut bien lire les étiquettes et se tourner vers les produits qui contiennent le moins de composants possibles. Il est recommandé d'éviter le paraben (que l'on peut aussi trouver sous le nom de méthyl ou buthylparaben), le methylisothiazolinone, le triclosan ou encore le Bha. Enfin, choisir des produits non-parfumés, qui renferment des phtalates (Bbp, Dbp, Dehp),  des déodorants sans sels d'aluminium, et des crèmes solaires sans filtres chimiques.

>Dans les fournitures scolaires

On ne s'en doute pas mais les perturbateurs endocriniens sont également présents dans le cartable des enfants. En août dernier, l'association de consommateurs UFC-Que Choisir a mis en garde contre la présence de substances dangereuses dans les fournitures scolaires. Parmi les produits trouvés: des phtalates (perturbateurs endocriniens) dans des crayons de couleur et dans des crayons de papier, du formaldéhyde irritant dans un stick de colle, des impuretés cancérogènes, des conservateurs ou des parfums allergisants dans des encres.

 

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr

 
Les perturbateurs endocriniens sont présents au quotidien dans notre environnement.