Bisphénol A: des substituts tout aussi dangereux

Bisphénol A: des substituts tout aussi dangereux

Publié le :

Vendredi 16 Janvier 2015 - 19:28

Mise à jour :

Lundi 19 Janvier 2015 - 17:01
Une étude, publiée jeudi 15, démontre que les bisphénols F et S, sensés remplacer le très décrié bisphénol A, sont eux aussi de dangereux perturbateurs hormonaux.
©Gareth Watkins/Reuters
PARTAGER :

Pierre Plottu

-A +A

Le remède est tout aussi dangereux que la maladie. Une étude menée par des chercheurs français, et publiée ce jeudi dans la revue spécialisée Fertility et Sterility a mis en évidence que les bisphénols F et S, utilisés en remplacement du bisphénol A, sont eux aussi dangereux pour l'homme (avec un petit "h" car il s'agit bien des sujets masculins).

"C'est la première fois qu'on montre l'effet dangereux du BPS (bisphénol S) et du BPF (bisphénol F) sur une fonction physiologique chez l'homme", explique dans un communiqué les chercheurs de l'équipe mixte Inserm/CEA/université Paris Diderot du professeur René Habert. Selon leurs travaux, menés in vitro, ces deux substituts perturberaient la production de testostérone par le testicule fœtal humain.

"Or celle-ci a une importance capitale pour les fœtus mâles humains, car c'est elle qui masculinise leurs organes génitaux. Sans testostérone, un fœtus génétiquement mâle souffrira de troubles de la masculinité (par exemple, un micro-pénis), et l'on soupçonne un risque de baisse de la fertilité à l'âge adulte", rappellent les scientifiques, les mêmes qui avaient déjà prouvé, en 2012, la dangerosité du bisphénol A (BPA).

"Il n'y aurait pas de sens à échanger un danger sanitaire pour un autre. Aussi, nous devrions urgemment nous concentrer sur l'évaluation des risques pour la santé humaine des substituts du BPA", s'alarment les scientifiques. D'autant que cette molécule peut traverser la barrière placentaire chez la femme enceinte et ainsi toucher son fœtus.

Inquiétant quant on sait que le bisphénol A est très utilisé car il permet de fabriquer des plastiques souples et transparents. Il est ainsi par exemple employé dans les revêtements intérieurs des boîtes de conserve, pour les bouteilles plastiques ou encore comme révélateur sur les tickets de caisse. Et le BPA a été interdit dans les contenants alimentaires en France depuis le 1er janvier 2015, ses cousins BPF et BPS l'ont vite remplacé, pour les mêmes applications.

 

Ces molécules peuvent traverser la barrière placentaire chez la femme enceinte et ainsi toucher son fœtus;


Commentaires

-