Circulation alternée: cette mesure est-elle vraiment la plus efficace pour lutter contre les particules fines?

Circulation alternée: cette mesure est-elle vraiment la plus efficace pour lutter contre les particules fines?

Publié le :

Jeudi 08 Décembre 2016 - 17:37

Mise à jour :

Jeudi 08 Décembre 2016 - 20:24
©Fred Tanneau/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

En raison de la persistance du pic de pollution, la circulation alternée sera reconduite vendredi à Paris et dans 22 communes de la petite couronne pour la quatrième journée consécutive. Mais selon les chiffres divulgués, cette démarche aurait seulement un faible impact sur la pollution atmosphérique: en 2014, elle n’avait réduit le trafic routier que de 18% à Paris, et la concentration de particules fines PM10 de 6%.

Alors que la circulation alternée a été mise en place ce jeudi 8 à Paris et en banlieue pour la troisième journée consécutive, nombreux sont ceux qui se demandent si cette mesure est réellement efficace. Pour rappel, cette initiative interdit la circulation des voitures à plaques paires, ou impaires, en fonction du jour où elle est déclarée. Mais contrairement à ce que l'on peut penser, cela ne divise par la circulation par deux et ne fait donc pas baisser de moitié la pollution atmosphérique. En 2014, elle n’avait réduit le trafic routier que de 18% à Paris, et la concentration de particules fines PM10 de 6%.

Les raisons de ce constat sont multiples. Premièrement, il est impossible pour les forces de l'ordre de contrôler en si peu de temps des milliers de voitures. De plus, de nombreux véhicules ne sont pas concernés par cette mesure: les véhicules d'intérêt général (ambulances, voitures de police, pompiers, taxis, éboueurs, etc), mais aussi les voitures transportant au moins trois personnes (covoiturage).  En parallèle, la nouvelle vignette CRIT'Air lancée en 2016 peut également mettre en cause l'efficacité de la circulation alternée. Concrètement, les voitures peu polluantes "seront regardés avec indulgence lors des contrôles de police", a assuré le préfet.

Citée par 20 Minutes, Isabella Annesi-Maesano, épidémiologiste des maladies liées à la pollution atmosphérique à l'Inserm, estime que la circulation alternée ne peut pas fonctionner seule."Seule l’action combinée des pouvoirs publics, des industriels et constructeurs automobiles, mais aussi des citoyens, permettrait de réduire durablement la pollution aux particules fines. Il faut une prise de conscience collective du grand public, des investissements et des sanctions de la part de l’Etat, des collectivités et de l’Europe, qui autorise aujourd’hui des seuils de particules fines bien supérieurs à ceux de l’OMS, et des industriels qui respectent enfin la législation en matière d’environnement", a-t-elle ainsi expliqué.

Pour elle, l'une des mesures essentielles à la réduction de la pollution atmosphérique serait d'éliminer le diesel qui représentait 80,1% des carburants consommés en France en 2012, d'après les chiffres de l'Union française des industries pétrolières. "Il contient des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), classés cancérigènes, et est responsable de 80% des nanoparticules, qui sont les plus fines et les plus dangereuses pour la santé. Rien ne permet de les filtrer, elles passent toutes les barrières, au point de traverser la membrane de nos cellules", a-t-elle notamment expliqué. Pour certains, d'autres initiatives peuvent également être envisagées pour tenter d'éviter les pics de pollution: l'instauration d'un péage urbain à l'instar de Londres, le développement des transports en commun ou encore l'instauration d'une subvention par l'Etat pour l'achat de véhicules propres.

Chaque année, les particules fines seraient responsables de 48.000 décès en France dont 34.000 qui pourraient être évités selon une étude menée par Santé Publique France publiée en juin dernier. Pour celles et ceux qui l'ignorent, la pollution de l'air est responsable d'asthme, de bronchite aigüe, de cancers des voies respiratoires et même d'accidents vasculaire cérébraux (AVC). D'après les conclusions d'une étude britannique, les particules fines accentueraient même le risque de développer une malade neurodégénérative comme Alzheimer. 

 

La circulation alternée sera prolongée vendredi pour la quatrième journée consécutive à Paris et en banlieue.

Commentaires

-