Contrôles de stationnement fictifs à Paris: recevrez-vous des PV imaginaires?

Amende

Contrôles de stationnement fictifs à Paris: recevrez-vous des PV imaginaires?

Publié le :

Jeudi 08 Mars 2018 - 10:58

Mise à jour :

Jeudi 08 Mars 2018 - 11:12
La société Streeteo a été épinglée pour un système de contrôles fictifs du stationnement. Un système qui ne consistait pas à dresser des PV. Mais la société avait déjà été mise en cause par des Parisiens qui avaient reçu des amendes indues à la suite de "couacs".
© FRANCOIS GUILLOT / AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

La société Streeteo, chargée de dresser les forfait post-stationnement (FPS, le nouveau nom des PV) a été épinglée mercredi 7 pour avoir fait réaliser à ses employés des milliers de faux contrôles, cela afin d'atteindre les chiffres fixés par son contrat avec la Ville de Paris.

Une technique qui n'avait pas pour but de faire payer des amendes indues aux automobilistes parisiens, mais qui s'inscrit dans une série d'erreurs ou d'indélicatesses qui, elles, auraient porté préjudice à certains conducteurs. Certains, bien qu'en règles, auraient reçu des PV.

Voir: Stationnement - les contrôles étaient fictifs, Paris blâme Streeteo

Le système mis en place par un cadre de Streeteo consistait selon les éléments dévoilés par Le Parisien, a ordonné aux agents de désactiver le GPS de leur PDA (l'outil qu'ils utilisent pour dresser les amendes) afin que personne ne sache qu'ils se trouvaient non dans les rues mais dans des bureaux.

De là, ils rentraient "à la chaîne" des numéros de plaques de voitures prétendument contrôlées. Mais puisque des amendes imaginaires auraient forcément été contestées et suspectes, les agents devaient indiquer des prétextes pour ne pas avoir dressé de FPS. C'est d'ailleurs la hausse de ces prétextes qui a éveillé les soupçons.

En principe donc, cette escroquerie ne devrait pas porter à conséquences directes pour les automobilistes. Mais déjà avant que ce scandale soit révélé, certains dénonçaient des amendes reçues sans raison. Déjà fin janvier, Le Parisien évoquait des "couacs" qui avait conduit des automobilistes à recevoir des PV alors qu'ils disposaient d'une carte de résidant, de personne à mobilité réduite ou de soins à domicile pour les médecins. Même les voitures de police était verbalisées. Déjà certains agents évoquaient des erreurs commises sous la pression de leur hiérarchie et dans de mauvaises conditions de travail.

Si Streeteo ne corrige pas ces soucis, certains Parisiens risque de recevoir encore des PV indus.

La société chargée de dresser les PV à Paris a été mise en cause pour des contrôles fictifs.

Commentaires

-