CV: quels sont les mensonges plus fréquents?

Recrutement

CV: quels sont les mensonges plus fréquents?

Publié le :

Jeudi 08 Février 2018 - 10:48

Mise à jour :

Jeudi 08 Février 2018 - 11:01
Au total, 47% des directeurs généraux et managers en charge du recrutement ont indiqué avoir déjà identifié des mensonges parmi les candidatures reçues, selon une étude menée par Robert Half. Rallonger la liste des expériences professionnelles fait partie des "petits arrangements" que les Français préfèrent.
©Jaubert/Sipa
PARTAGER :

Auteur(s) : La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Lorsqu'ils sont en recherche d'emploi, les Français sont nombreux à donner le meilleur d'eux-mêmes pour trouver LE job idéal. Mais leurs expériences professionnelles ne permettent pas toujours de décrocher un entretien. C'est pourquoi, certains ont pris la décision de mentir sur leur CV, une pratique qui semble se généraliser de plus en plus. Selon une étude menée par le bureau de recrutement spécialisé Robert Half, 47% des directeurs généraux et managers en charge du recrutement ont indiqué avoir déjà identifié des mensonges parmi les candidatures reçues.

Sans grande surprise, les candidats sont nombreux à allonger la liste de leurs expériences professionnelles (55%), un chiffre qui s'élève à 67% province. Et ils sont également beaucoup à s'inventer des diplômes et des qualifications (52%) pour transmettre une meilleure image d'eux à l'employeur. C'est en Ile-de-France que l'ont trouve le taux le plus élevé d'imposteurs (55%).

Ces mensonges sont assez facilement vérifiables par les employeurs mais certains "petits arrangements" ne peuvent pas se vérifier immédiatement. Outre l'exagération des compétences professionnelles et les diplômes factices, les Français aiment également s'ajouter des compétences techniques (40%) ou encore des compétences linguistiques (34%). Ils sont en revanche moins nombreux à augmenter le montant de leur ancien salaire (14%).

Lire aussi - CV: les fautes d’orthographe, impardonnables pour les recruteurs 

"C'est le serpent qui se mord la queue. Face à des entreprises qui imposent des critères inaccessibles, les gens font tout pour entrer dans les cases, au risque de mentir", a expliqué à Challenges Yohan Zibi, le cofondateur d'EveryCheck, une start-up parisienne spécialisée dans la vérification des curriculum vitae.

Malgré tout, certains parviennent à passer entre les mailles du filet en usant d'informations erronées. D'autres en revanche sont directement disqualifiés de la partie. 

Auteur(s) : La rédaction de FranceSoir.fr

Au total, 47% des directeurs généraux et managers en charge du recrutement ont indiqué avoir déjà identifié des mensonges parmi les candidatures reçues.

Commentaires

-