Des claviers d'ordinateurs modifiés pour mieux écrire le français

Informatique et orthographe

Des claviers d'ordinateurs modifiés pour mieux écrire le français

Publié le :

Dimanche 24 Janvier 2016 - 17:48

Dernière mise à jour :

Dimanche 24 Janvier 2016 - 17:50
Jugeant les claviers d'ordinateurs peu adaptés aux particularités de la langue française, le ministère de la Culture a chargé un groupe de travail d'établir une nouvelle disposition unique. Celle-ci ne devrait cependant pas trop bouleverser le traditionnel "azerty".
Facebook icon
Twitter icon
Google icon
©Yuya Shino/Reuters
-A +A

Pas facile de respecter l'orthographe française avec les claviers "azerty" actuels. Bien souvent, ils ne permettent pas d'accentuer les lettres en capitale ou de gratifier le "C" majuscule d'une cédille. Fleur Pellerin entend leur apporter des améliorations.

La ministre de la Culture a chargé l'Afnor (Association française de normalisation) de s'attaquer au problème, en concertation avec les fabricants de claviers d'ordinateurs, les éditeurs de logiciels, mais aussi avec des linguistes et l'Imprimerie nationale.

"Il ne s'agit pas de tout bouleverser. Nous voulons seulement rajouter des possibilités" pour les utilisateurs, "de la façon la plus indolore possible", explique à l'AFP Philippe Magnabosco, chef de projet à l'Afnor. "Ce que l'on veut, c'est définir une norme qui marche et qui soit adoptée par le plus grand nombre", ajoute-t-il.

La disposition "azerty" (du nom des six premières touches alphabétiques du clavier) est une variante francophone de la disposition "qwerty", utilisée dans le monde entier par les anglophones et brevetée depuis 1868 pour les machines à écrire. Les ordinateurs ont repris cette disposition, avec quelques aménagements au fil du temps.

"Il n'est pas question évidemment de changer le clavier +azerty+ (...) mais simplement d'améliorer quelques fonctionnalités", a déclaré mercredi la ministre. Le groupe de travail se fixe pour objectif d'avoir un projet de norme pour l'été.

Une enquête publique, d'une durée de deux mois, sera ensuite lancée afin que chacun puisse s'exprimer. La norme définissant le nouveau modèle de clavier pourrait être publiée "au premier semestre 2017", indique Philippe Magnabosco.

Elle ne sera pas contraignante. "Mais la conformité des matériels à cette norme pourrait être exigée dans le cadre de marchés publics de l'administration", a averti la Délégation générale à la langue française et aux langues de France.

Contrairement à la plupart de ses voisins européens, même francophones, la France ne dispose pas d'une norme pour les claviers. Du coup, c'est un peu la pagaille. Selon que l'on utilise tel ou tel système d'exploitation et selon le fabricant de clavier, les touches ne sont pas au même endroit (par exemple le fameux arobase @) ou bien elles ne sont pas disponibles, notamment les lettres capitales accentuées.

Avez-vous déjà essayé de taper un E majuscule avec un accent aigu? Avec certains systèmes d'exploitation, c'est quasiment impossible. Pourtant un texte non accentué peut prêter à confusion. Etre "interne" ou "interné", même en lettres capitales, cela n'est pas la même chose. "Légitime" ou "légitimé" non plus. De même, les patronymes sont de plus en souvent écrits en capitales dans les administrations, par exemple sur la carte d'identité.

"En français, l'accent a pleine valeur orthographique", répète depuis longtemps l'Académie française. Il faut donc "en bonne typographie, utiliser systématiquement les capitales accentuées", y compris le "A" accent grave, ajoute-t-elle.

Les claviers actuels ne permettent pas non plus de bien orthographier les langues régionales. Ainsi en occitan, il devrait être possible d'ajouter des accents graves ou aigus sur les voyelles, en majuscules comme en minuscules.Le clavier revisité devra permettre de prendre en compte les spécificités des langues régionales et des langues européennes voisines comme l'espagnol. "On a le paradoxe d'avoir désormais plein de caractères disponibles dans les polices de caractères des systèmes d'exploitation et de ne pas y avoir accès aisément", constate Philippe Magnabosco.

Le nouveau clavier ressemblera beaucoup à l'actuel. "On ne revient pas sur sa forme géométrique. Ce que nous voulons améliorer, c'est sa disposition, c'est-à-dire la façon dont les caractères, les symboles, les chiffres, sont répartis", indique l'expert. "On veut faire des modifications à la marge".

"Les pays avec des francophones comme la Belgique, la Suisse et le Canada ont tous trouvé des solutions - qui ne sont pas les mêmes - pour écrire le français correctement, en tout cas avec toutes les capitales accentuées", relève-t-il.

Ces changements pourront se faire "à des coûts assez faibles", estime-t-il. Pour les tablettes et les téléphones, les éventuelles modifications seront aisées car le clavier est dématérialisé.

 

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

Les nouveaux claviers d'ordinateurs devraient notamment permettre d'accentuer plus facilement les lettres majuscules.