Du bisphénol A découvert dans des canettes et des boites de conserves

Du bisphénol A découvert dans des canettes et des boites de conserves

Publié le :

Lundi 25 Avril 2016 - 16:40

Mise à jour :

Lundi 25 Avril 2016 - 16:56
©Arnd Wiegmann/Reuters
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Alors qu'elle réalisait des tests sur plusieurs produits alimentaires, l'Association santé environnement France (Asef) a découvert la présence du perturbateur endocrinien bisphénol A (BPA) et de ses substituts bisphénols S et F dans une canette ainsi que dans deux boites de conserves.

Un peu plus d'un an après son interdiction dans les contenants alimentaires, le perturbateur endocrinien bisphénol A (BPA) n'a pas disparu de tous les produits. Cet inquiétant constat résulte d'une enquête réalisée par l'Association santé environnement France (Asef), une association qui rassemble près de 2.500 médecins français. Pour le numéro qui paraîtra ce lundi 25 dans l'émission de France 4, On est plus des pigeons, les chercheurs ont testé, au hasard, six marques de biberons, deux marques de canettes et trois de conserves. Ils ont ainsi découvert la présence de BPA à très faible dose (moins de un microgramme par litre), ainsi que ses substituts, les bisphénols S et F dans une cannette Pepsi, une boite de haricots blancs de la marque Carrefour et une autre conserve de marque portugaise.

"Là, on a pointé du doigt un double problème. On trouve encore du bisphénol A dans certains produits en addition des bisphénols S et F utilisés comme substituts", explique le docteur Pierre Souvet, directeur de l'Asef au Huffington Post.  Si les Bisphnéol F et S sont encore autorisés, "ce que l'on en sait n'est pas très rassurant", note l'Asef sur son site. En effet, selon une étude parue en 2015 dans la revue américaine Fertility & Sterility, ils provoqueraient la même réduction de production d'hormone mâle, la testostérone, que celles provoquées par le bisphénol A.

Par ailleurs, le fait que le BPA ait été découvert à très faible dose ne rend pas la chose moins inquiétante."Le problème avec les Perturbateurs Hormonaux, c’est que ce n’est pas la dose qui fait le poison mais la période de la vie à laquelle on l’ingère", met en garde l'Asef. "Les doses présentes dans les produits sont faibles, mais elles n’auront pas le même effet sur les personnes, suivant l’âge, le sexe, le profil génétique, le type de produits, la fréquence ou la durée de l’exposition. On sait qu’un fœtus porté par une femme enceinte sera beaucoup plus sensible à ces produits qu’un homme de 50 ans… ", explique le Dr Patrice Halimi, Chirurgien-Pédiatre à Aix-en-Provence et Secrétaire Général de l’Association Santé Environnement France. Aussi, "si vous êtes enceinte, prenez garde aux haricots blancs et aux sodas !", recommande l'Asef.

Seule bonne nouvelle résultant de l'étude: l'absence de Bisphénol A, F ou S dans les biberons. "Néanmoins, nous conseillons de privilégier tant que c’est possible les biberons en verre si vous chauffez l’eau", conclut le Dr Pierre Souvet, s'adressant aux parents. 

 

 

Le Bisphénol A a été interdit en France en janvier 2015.


Commentaires

-