Fin du Ramadan : mosquées et salles de prières rouvertes pour l’Aïd El-Fitr ?

Fin du Ramadan : mosquées et salles de prières rouvertes pour l’Aïd El-Fitr ?

Publié le 20/05/2020 à 16:21
© RYAD KRAMDI / AFP
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A

Annoncée pour la fin du mois, la réouverture des lieux de cultes pourrait être avancée de quelques jours : le conseil d’Etat a en effet ordonné au gouvernement la levée de l’interdiction de réunion dans les églises, temples et autres mosquées. Ces dernières rouvriront-elles à temps pour la fin du Ramadan ?

Alors que le CFCM a annoncé que la date très probable de l’Aïd El Fitr serait le dimanche 24 mai, les musulmans s’interrogent sur la manière dont ils vont pouvoir prier pour cette fête qui marque la rupture du jeûne du mois de ramadan.

Une "atteinte grave et illégale" à la liberté de culte
Et s’ils se préparaient à prier en famille, chez eux, en cette première phase de déconfinement lié à la pandémie de coronavirus, une décision du conseil d’État pourrait changer la donne. Ce lundi 19 mai en effet, la plus haute juridiction administrative a estimé, dans une ordonnance, que l’interdiction « générale et absolue » de réunion dans les lieux de culte mise en place dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire doit être levée. Elle constituerait en effet « une atteinte grave et manifestement illégale » à la liberté de culte. Le conseil d’État demande donc au gouvernement de lever cette interdiction « dans un délai de huit jours ». Il avait été saisi en référée par plusieurs associations et requérants individuels.

Dans son ordonnance, le juge des référés estime que « des mesures d’encadrement moins strictes » peuvent être prises, permettant aux croyants de prier dans leurs temples, églises ou mosquées. En effet, observe le conseil d’État, une tolérance existe, depuis le 11 mai, pour des « rassemblements de moins de 10 personnes dans d’autres lieux ouverts au public ».  

La réouverture des lieux de culte avancée de quelques jours ?
Cette interdiction générale et absolue présente donc, selon le juge des référés « un caractère disproportionné au regard de l’objectif de préservation de la santé publique et constitue ainsi, eu égard au caractère essentiel de cette composante de la liberté de culte, une atteinte grave et manifestement illégale à cette dernière ».

Cette décision ne signifie cependant pas que les lieux de cultes pourront rouvrir dans des conditions normales sous huit jours. Le gouvernement travaillait, jusqu’à présent, en concertation avec les responsables cultuels pour rouvrir les lieux de culte d’ici la fin du mois de mai.

Des mesures sanitaires strictes à respecter pendant les cérémonies religieuses
En effet, comme le précise notamment le CFCM, lorsque mosquées et salles de prières rouvriront leurs portes aux fidèles, elles devront observer de strictes mesures de distanciation sociale : nombre de personnes accueillies très limité, respect scrupuleux des gestes barrières, port du masque pour les prosternations, désinfection des mains… Le retour dans les lieux de culte nécessitera une observance rigoureuse des mesures sanitaires afin d’éviter une propagation du coronavirus et une seconde vague de contamination. Les personnes âgées et fragiles face au Covid-19 devront notamment s’abstenir de se rendre dans les lieux de culte dans un premier temps. 
 

Auteur(s): FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


Les mosquées et salles de prières rouvriront-elles avant la fin du Ramadan 2020 ?

Fil d'actualités Lifestyle