Grippe: l'épidémie se termine mais plusieurs régions encore concernées

Disparités régionales

Grippe: l'épidémie se termine mais plusieurs régions encore concernées

Publié le :

Mercredi 15 Février 2017 - 16:05

Mise à jour :

Mercredi 15 Février 2017 - 16:20
L'épidémie de grippe semble sur le point de se terminer. Selon les chiffres de l'InVS et du Réseau Sentinelle, le nombre de cas est passé sous le seuil épidémique à l'échelle nationale, confirmant la baisse de ces dernières semaines. L'épidémie reste cependant bien implantée dans plusieurs régions.
©Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Il faudra encore attendre une semaine pour le confirmer, mais l'épidémie de grippe semble enfin terminée. C'est en tout cas ce qu'indiquent -après déjà trois semaines de baisse- les chiffres de l'Institut national de veille sanitaire (InVS) et du Réseau Sentinelle relatifs à la semaine du 6 au 12 février.

Dans son rapport publié ce mercredi 15, l'InVS relève une "diminution très forte de l’ensemble des indicateurs", ce qui suggère que l'épidémie est "proche de sa fin". Selon les données de Sentinelle, le nombre de cas est même passé sous le seuil épidémique à l'échelle nationale, de peu cependant. Ce qui semble pousser les organismes à ne pas annoncer trop vite la fin de l'épidémie.

Au cours de cette semaine, "en France métropolitaine, le taux d’incidence des cas de syndromes grippaux vus en consultation de médecine générale a été estimé à 160 cas pour 100.000 habitants juste en dessous du seuil épidémique" de 165 cas pour 100.000 habitants.

En revanche, seul trois régions sur les 13 françaises sont officiellement passées en phase "post-épidémique": la Bretagne, le Centre-Val de Loire et la Corse. Cinq présentent encore un taux d’incidence supérieur au seuil épidémique national, avec les taux les plus élevés en Provence-Alpes-Côte d’Azur (231 cas pour 100.000 habitants), aux Pays de la Loire (197 cas) et en Nouvelle-Aquitaine (196 cas).

L'InVS note également un excès de mortalité toutes causes confondues "estimé à 17.000 décès depuis le début de l’épidémie, essentiellement chez les personnes âgées", mais précise que "la part de la mortalité due à la grippe ne peut pas être estimée actuellement". Mais dès le début de l'épidémie, celle-ci a été considérée comme particulièrement virulente.

A titre de comparaison, lors de l'épidémie de l'hiver 2014-2015, l'InVS avait recensé plus de 18.300 morts supplémentaires toutes causes confondues et estimé à 12.000 la part de décès liés à la grippe.

Trois régions sont officiellement passées en phase "post-épidémique". Cinq sont encore au-dessus du seuil.

Commentaires

-