Hôpitaux: c'est fini les blouses qui laissent les fesses à l'air à Paris

Hôpitaux: c'est fini les blouses qui laissent les fesses à l'air à Paris

Publié le :

Mercredi 21 Décembre 2016 - 17:59

Mise à jour :

Mercredi 21 Décembre 2016 - 18:04
Les blouses d'hôpital ouvertes à l'arrière et qui laissent voir les fesses des malades auront disparu des établissements parisiens d'ici la fin de l'année. Elles ont en effet été jugées "attentatoires à la dignité" et certains patients s'étaient plaint, provoquant une réaction de l'AP-HP.
©Humbert Nicolette/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

"Attentatoires à la dignité", le terme peut paraître d'une gravité excessive pour une histoire de fesses, mais c'est bien ce qui a motivé la décision de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) de mettre les anciennes blouses au rebut, révélait mardi 20 Le Parisien.

Ceux qui ont déjà dû être hospitalisés se souviennent probablement de cette gène à quitter le lit, la blouse étant ouverte à l'arrière, offrant ainsi au regard de tous le spectacle du postérieur du patient. Le modèle était conçu ainsi car plus pratique pour le personnel médical.

"L'ancien modèle, en circulation depuis les années 1950, était commode pour pratiquer les soins, mais il avait un côté attentatoire à la dignité. Certains usagers nous disaient légitimement qu'ils trouvaient choquant d'avoir une blouse s'ouvrant dans le dos", a ainsi déclaré au quotidien Anne-Claude Le Voyer, de la Direction des patients, usagers et associations (DPUA) à l'AP-HP.

Une pétition avait même été mise en ligne en 2012 contre ces tenues qui ne respectaient ni la "dignité" ni la "pudeur" des patients: "En se levant et en marchant un peu, un patient ainsi affublé se retrouve à moitié nu devant son voisin de chambre, ou devant les soignants, soignés, familles et amis, se trouvant en même temps que lui dans le couloir. Nous refusons de considérer comme normal le fait de devoir renoncer à sa pudeur, simplement parce qu'on est hospitalisé", revendiquait le texte.

Mettre fin à la blouse qui laisse les fesses à l'air n'était pourtant pas une mince affaire puisqu'il fallait respecter les exigences d'hygiène et ne pas entraver le travail hospitalier. "Nous avons organisé de nombreux groupes de travail avec des usagers, des familles, un ergothérapeute pour tester la dimension pratique, un hygiéniste", a précisé Anne-Claude Le Voyer.

La nouvelle version est donc équipée de boutons-pression au niveau du col pour permettre au médecin de passer facilement le stéthoscope et est plus épaisse pour éviter la transparence. Surtout, elle sera fermée à l'arrière.

Les 125.000 blouses de l'AP-HP devraient avoir été toutes remplacées à la fin de l'année. Une opération débutée dès 2014.

 

Un nouveau modèle de blouse conciliant la dimension pratique et la pudeur a été mis au point.


Commentaires

-