Ile-de-France: les jeunes vivent de plus en plus tard chez leurs parents

Ile-de-France: les jeunes vivent de plus en plus tard chez leurs parents

Publié le :

Jeudi 01 Octobre 2015 - 15:59

Mise à jour :

Jeudi 01 Octobre 2015 - 16:06
©Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Selon une récente étude, un Francilien sur deux âgé de 20 à 29 ans, parmi ceux qui sont nés dans la région, habite encore chez ses parents après l'âge de 25 ans. Une tendance qui s'est largement accentuée depuis la crise économique de 2008.

"Les Franciliens habitent chez leurs parents plus longtemps que les autres Français". Telle est la conclusion de l'étude de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme d'Ile-de-France parue cette semaine. En effet, d'après cette analyse qui exploite les données de recensement et de l'enquête famille et logements réalisés par l'Insee, un Francilien sur deux âgé de 20 à 29 ans, parmi ceux qui sont nés dans la région, habite encore chez ses parents après 25 ans. Une tendance qui s'est accentuée depuis la crise économique de 2008, cette dernière ayant "freiné l'indépendance résidentielle des jeunes les moins aisés".

En effet, alors qu'il était stable depuis 1999,  le phénomène de "décohabitation" a commencé à prendre plus de temps en Ile-de-France à partir de 2006. Ainsi, alors que l'âge médian de l'indépendance résidentielle était de 24,3 ans entre 1999 et 2006, il est passé à 27, 7 ans entre 2006 et 2011.

La province en revanche a été témoin du phénomène inverse: à partir de 2006, les jeunes ont commencé à quitter le domicile familial aux alentours de 22 ans, soit un an plus tôt qu'en 1999, pour ceux résidant dans leur région de naissance.

En toute logique, les étudiants et les chômeurs de 20 à 29 ans sont ceux qui jouent les Tanguy le plus longtemps (respectivement 76 % et 62 %), contre 39 % parmi les actifs en emploi. Si la situation est restée stable de 1999 à 2011 pour ce qui est des étudiants, elle s'est en revanche aggravée pour les autres, bondissant de 10 points pour les chômeurs et de 6 points pour les actifs en emploi.  

 

Il est de plus en plus difficile pour les jeunes Franciliens de prendre leur indépendance résidentielle.


Commentaires

-