Inégalités salariales: les femmes d'Islande symboles d'un problème européen

Inégalités salariales: les femmes d'Islande symboles d'un problème européen

Publié le 26/10/2016 à 15:15 - Mise à jour à 15:28
©DR
PARTAGER :

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

De nombreuses femmes islandaises ont cessé le travail à 14h38 lors de la journée nationale des femmes, pour protester contre les écarts de rémunération avec les hommes. Elles touchent en effet 18% de moins en moyenne. En France, cet écart est de 15,2%.

Arrêter de travailler à 14h38 au lieu de 17h? Cela pourrait séduire bon nombre de salariés quel que soit le pays. Sauf qu'il faudrait aussi arrêter d'être payé. Ce n'est donc pas de gaité de cœur que plusieurs milliers de femmes islandaise ont ainsi cessé le travail lundi 24. Elles voulaient mettre en évidence les inégalités salariales.

En effet, selon les statistiques de l'Union européenne (dont l'Islande ne fait pas partie), les Islandaises gagnent en moyenne 18% moins que leurs collègues masculins. Plusieurs syndicats et organisations féministes ont ainsi appelé les femmes du pays à cesser le travail à 82% de leur journée, au moment où elles n'étaient "plus payées".

Cet écart tend cependant à se réduire depuis 40 ans, comme l'indique l'heure à laquelle a été fixé cette cessation du travail. En effet ce n'est pas la première fois que cette opération est menée en Islande. Elle se répète régulièrement un 24 octobre, journée consacrée dans ce pays aux droits de la femme depuis 1975, lorsqu'elles s'étaient massivement mises en grève. A l'époque la fin de la journée de travail avait été fixée à 14h08.

Mais même si la situation s'est légèrement améliorée. L'écart salarial selon le genre y reste supérieur à la moyenne européenne de 16,4% selon les chiffres européens. De même, les femmes y sont sous-représentées dans les directions d'entreprises où elles n'occupent que 25% des postes contre une moyenne européenne de 33%. En revanche, elles sont largement plus représentées dans les conseils d'administration avec 36% des postes contre une moyenne de 16% dans l'Europe des 27.

Selon des chiffres publiés en mars 2015 par l'office européen de statistiques Eurostat, l'écart de salaire entre les hommes et les femmes s'élevait à 16,4 % en 2013 dans l'Union européenne soit une amélioration de seulement 2 points de pourcentage par rapport à 1995. L’Allemagne, a un écart de 21,6 % et la France 15,2%, la Slovénie mène le peloton avec un écart de 3,2% seulement.

Aujourd’hui, la France se positionne à la 15e place dans le monde en matière d’égalité femme-homme, selon le rapport annuel 2016 du Forum économique mondial. Une place qui cache un véritable point faible: son score sur la participation des femmes à l'économie. La France reste un mauvais élève de l’égalité salariale. Si 67% des Françaises participent au marché du travail, la France est classée 132e sur le critère de l'égalité salariale entre femmes et hommes pour un travail similaire. L'écart de salaire annuel moyen s'élève à 6.888 euros. Dans ce classement, la France se retrouve devancée par l'Azerbaïdjan, le Tadjikistan, le Zimbabwe et la Russie sur le sujet de l’égalité salariale…

Depuis 2008, la crise économique a frappé très fortement les femmes qui sont souvent en situation de précarité, de temps partiel et d’inégalité salariale évidente. Cette situation contribue à la fragilité de nombre d’entre elles. Ainsi, le 8 mars, Journée internationale des droits des femmes permettra de faire le bilan, souvent cynique, de la situation européenne et de mettre un coup de projecteur sur les besoins de législation plus contraignante au niveau européen.

 

Auteur(s): La rédaction de FranceSoir.fr


PARTAGER CET ARTICLE :


En Europe, les femmes touchent en moyenne 16,4% de moins que les hommes et n'occupent que 33% des postes de direction.

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-