Intoxications au monoxyde de carbone: face à la vague de froid, les bons gestes à adopter

Intoxications au monoxyde de carbone: face à la vague de froid, les bons gestes à adopter

Publié le :

Mercredi 18 Janvier 2017 - 11:11

Mise à jour :

Mercredi 18 Janvier 2017 - 11:21
Avec la vague de froid, les chaudières fonctionnent à plein régime, ce qui augmente le risque d'intoxication au monoxyde de carbone. Un gaz inodore et invisible responsable de dizaine de morts chaque année. Les autorités sanitaires rappellent donc les mesures de précautions à prendre pour éviter un drame.
©alexandre Duret-Lutz
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les appels à la vigilance se multiplient en France en raison de la vague de froid et de la hausse des intoxications au monoxyde de carbone (CO) qui en découlent. En effet, les appareils de combustion quels qu'ils soient (chaudières, chauffe-eau, cheminées, cuisinières à bois, à charbon, ou à gaz, moteurs...) sont des sources potentielles de monoxyde de carbone, particulièrement lorsqu'ils sont mal entretenus et/ou davantage sollicités.

L'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes) et Santé publique France relèvent ainsi que "plus des trois quarts des intoxications ont lieu pendant la saison de chauffe, d’octobre à mars". Depuis le 1er septembre dernier, 1.234 personnes ont dû être hospitalisées suite à une exposition à ce gaz et 11 sont décédées. Par ailleurs, 193 de ces hospitalisations et trois de ces décès sont survenus au cours des deux dernières semaines, selon le Bulletin de surveillance des intoxications au CO.

Le danger du monoxyde de carbone est notamment lié au fait que ce gaz est invisible, inodore et non irritant, mais néanmoins potentiellement mortel en moins d'une heure. Il se fixe sur les globules rouges et empêche ainsi la circulation de l'oxygène dans l'organisme, provoquant nausées, maux de tête et vomissements. Autant de symptômes qui doivent alerter les occupants d'un logement lorsqu'ils touchent plusieurs personnes simultanément.

Pour éviter un tel incident, Santé publique France recommande de faire systématiquement vérifier et entretenir les installations de chauffage et de production d’eau chaude et les conduits de fumée avant chaque hiver. D'aérer au moins dix minutes chaque jour, de maintenir les systèmes de ventilation en bon état de fonctionnement et de ne jamais boucher les entrées et sorties d’air. De respecter les consignes d’utilisation des appareils à combustion: ne jamais faire fonctionner les chauffages d’appoint en continu. Et de placer impérativement les groupes électrogènes à l’extérieur des bâtiments; de ne jamais utiliser pour se chauffer des appareils non destinés à cet usage: cuisinière, brasero, barbecue, etc.

Si la survenue de symptômes laissent craindre une intoxication au monoxyde de carbone, il est nécessaire d'aérer, de quitter les lieux et d'appeler le 15 ou le 112.

Le monoxyde de carbone est la première cause de mortalité par toxique en France et dans près de 80% des cas, elle survient accidentellement au domicile des victimes, le plus souvent causée par la chaudière. Pourtant, relève l'Inpes: "plus des trois quarts des Français équipés d’appareil de chauffage à combustion ne sont pas conscients d’avoir à leur domicile des appareils susceptibles d’émettre du CO".

 

Un feu de cheminé peut générer du monoxyde de carbone, mais ce sont les chaudières qui sont les principales sources d'intoxication.


Commentaires

-