La controversée application de diffusion de rumeurs "Gossip" de nouveau disponible

La controversée application de diffusion de rumeurs "Gossip" de nouveau disponible

Publié le 10/06/2015 à 09:47 - Mise à jour à 09:59
©Mike Segar/Reuters
PARTAGER :

Auteur(s): DD

-A +A

L'application "Gossip" permet de diffuser de manière temporaire et anonyme une brève information sur le ton de la rumeur à propos de l'un de ses contacts, le tout dans l'anonymat le plus complet. De quoi alimenter de nouveau les virulentes critiques contre ce programme.

Après quelques jours de silence, la sulfureuse application "Gossip" est de nouveau disponible en téléchargement, un retour qui déchaîne une nouvelle la controverse.

L'application, dont le symbole est un masque de loup symbole de l'anonymat, permet aux utilisateurs de poster gratuitement un bref message de 140 caractères sur le ton de la rumeur, accompagné ou non d'une photo ou d'une vidéo, concernant l'un de leur contact Facebook ou de leur répertoire téléphonique. Lorsque les utilisateurs prennent connaissance de la rumeur, celle-ci ne reste affichée que dix secondes avant de disparaître. Et ceci bien sûr sans pouvoir avoir connaissance de l'identité de celui qui l'a lancée.

Problème, "Gossip" ("ragot" en anglais) a été très largement critiquée lors de sa première version en étant considérée comme un outil favorisant les nouvelles formes de harcèlement numérique, un problème grandissant dans les établissements secondaires. Le syndicat lycéen FIDL a même fait de la croisade contre "Gossip" l'un de ses combats du moment.

Une levée de boucliers qui a poussé la créatrice de l'application, Cindy Mouly, une Parisienne de 25 ans, à retirer provisoirement "Gossip" du marché, le temps de "mettre en place un système de modération plus élaboré".

C'est officiellement chose faite. Dorénavant, tout utilisateur de "Gossip" doit cocher une case "A consommer avec modération. Interdit aux moins de 16 ans. Accepter pour commencer" pour lancer l'appli. Et c'est à peu près tout... Des précautions très largement insuffisante pour la FIDL, qui estime que "la créatrice de l'application joue sur les mots et refuse d'accepter que le problème vienne bel et bien de son application".

La ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, a elle-même pris parti contre l'application en jugeant que "la réouverture de cette application pourrait venir affecter un climat serein au sein des établissements". Si l'application "Gossip" fait beaucoup parler, c'est finalement d'abord... d'elle-même!

 

Auteur(s): DD


PARTAGER CET ARTICLE :


L'application est suspectée d'encourager le harcèlement dans les collèges et les lycées.

Annonces immobilières

Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-