Les Français font nettement plus confiance à l'homéopathie qu'aux vaccins

Les Français font nettement plus confiance à l'homéopathie qu'aux vaccins

Publié le :

Mardi 25 Octobre 2016 - 10:54

Mise à jour :

Mardi 25 Octobre 2016 - 11:00
©Richard Craig/Flickr
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les vaccins n'ont décidément pas la cote. Malgré un hiver 2015-2016 où la grippe a été particulièrement meurtrière, les Français ont encore moins confiance dans l'utilité de se faire vacciner. Ils se tournent plutôt vers des médecines dites "douces", mais que le corps médical jugerait plutôt "inefficaces".

Les Français craignent décidément la vaccination. Le débat ouvert par la ministre de la Santé Marisol Touraine sur la vaccination obligatoire, loin de susciter l’enthousiasme, met plutôt en lumière le niveau de défiance vis-à-vis de la médecine classique. Selon une étude menée l’institut Ipsos, seulement 69% des Français font confiance aux vaccins, un niveau en baisse de 2 points depuis 2015. Un chiffre plutôt inquiétant au pays de Pasteur, alors que vient de débuter la campagne de vaccination contre la grippe qui devra faire oublier un hiver 2015-2016 catastrophique où la maladie a causé la mort de plus de 18.000 personnes.

Mais l’autre enseignement du débat actuel –cause ou conséquence du rejet des vaccins– c’est l’attraction de plus en plus forte des patients hexagonaux pour les médecines douces, et en premier lieu l’homéopathie. Cette famille de médicaments pourtant très contestée par une partie du monde médical, gagne des points selon le sondage Ipsos: avec un niveau de confiance en hausse de 2 points, elle atteint 73% alors que tous les autres médicaments ont perdu du terrain.

L’homéopathie dépasse donc les vaccins côté cote de confiance, mais reste derrière le "champion", les médicaments sur ordonnance et ceux qui sont remboursés, qui affichent tous les deux une confiance de 88%. Mais ils sont également en forte baisse de 5 et 4 points.

L’homéopathie, médecine douce par excellence, propose en effet l’absorbtion d’un médicament où le principe actif est dilué à l’extrême, à un point souvent tel que les détracteurs considèrent que l’effet est nul, ou en tout cas du même niveau que la prise d’un placebo.

 

Trois Français sur quatre font confiance à l'homéopathie, les vaccins ne peuvent pas en dire autant.


Commentaires

-