Météo en France : l’été revient en fin de semaine

Météo en France : l’été revient en fin de semaine

Publié le :

Mercredi 11 Septembre 2019 - 15:42

Mise à jour :

Mercredi 11 Septembre 2019 - 16:15
© Simon MALFATTO / AFP
PARTAGER :

France-Soir rédaction - X.A

-A +A

Ce début de semaine nous a semblé bien frais, mais les températures remontent à compter de ce mercredi et le week-end s’annonce estival : on attend jusqu’à plus de 30°C sur la moitié nord dimanche 15 septembre.

Si nous avons dû ressortir les petites laines en ce début de semaine, l’heure n’est pas encore au rangement des vêtements d’été ! Car après quelques jours particulièrement frais pour une deuxième semaine de septembre, Météo France annonce que les températures remontent à compter de ce mercredi 11 septembre. Nous allons retrouver des températures situées dans les fameuses « normales de saison » sur l’ensemble du territoire : à cette période de l’année, les maximales atteignent généralement 21°C dans la moitié nord et 24°C au sud.

Plus de 30°C attendus sur la moitié nord dimanche 15 septembre

A compter de jeudi et jusqu’à samedi, les habitants du sud du pays pourront s’attendre à des températures comprises entre 26 et 31°C. Et si le ciel de la moitié nord sera régulièrement traversé par les nuages, le mercure affichera tout de même entre 22 et 26°C.

Dimanche et lundi, nous profiterons même de journées particulièrement chaudes : on attend 30°C voire davantage dans la moitié nord du pays.

2019, troisième été le plus chaud enregistré en France

Cet épisode de chaleur n’aura cependant rien de comparable avec les deux vagues de chaleur, exceptionnelles, des mois de juin et de juillet. Lors du premier épisode de canicule, du 25 au 30 juin, le record absolu de température jamais enregistrée a été battu dans le Gard : 45,9°C, le 28 juin, à Gallargues-le-Montueux.

D’autres records sont tombés un peu partout en métropole entre le 21 et le 26 juillet, période durant laquelle le mercure a souvent dépassé 40°C sur la moitié nord du pays. En moyenne, les pluies ont été moins fréquentes que la normale cet été : le déficit de pluviométrie sur l’ensemble du territoire cette saison est de 10% par rapport aux mesures enregistrées entre 1981 et 2010. Les étés 2003 et 2018 restent les étés les plus chauds que la France ait connu depuis que les températures sont enregistrées.

Voir aussi:

Réchauffement climatique: des conséquences graves sur nos poumons

L'impact du réchauffement climatique sur notre alimentation pourrait provoquer 500.000 morts en 2050

Climat: l'année 2019 accumule déjà des records

l'été n'a pas dit son dernier mot

Sur le même sujet, la rédaction vous propose:



Commentaires

-