Nouveaux cas de grippe aviaire en Europe: les professionnels du foie gras appelés à la vigilance

Nouveaux cas de grippe aviaire en Europe: les professionnels du foie gras appelés à la vigilance

Publié le :

Vendredi 11 Novembre 2016 - 12:43

Mise à jour :

Vendredi 11 Novembre 2016 - 12:58
©Patrick Bernard/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

De nouveaux cas de grippe aviaire ont été détectés chez des oiseaux sauvages en Europe, a annoncé le ministère de l'Agriculture jeudi, appelant les professionnels français du foie gras à faire preuve de vigilance. Cet épisode n'a aucun lien avec l'épizootie rencontrée dans le Sud-Ouest fin 2015-début 2016, précise-t-il.

Alors que les amateurs de foie gras comptent les jours avant les fêtes de fin d'année, une mauvaise nouvelle vient de tomber. "Des cas d'influenza aviaire hautement pathogène H5N8 ont été détectés chez des oiseaux sauvages en Hongrie, en Pologne, en Allemagne, en Croatie, aux Pays-Bas, au Danemark et également autour du lac de Constance, à la frontière entre la Suisse, l'Allemagne et l'Autriche", a annoncé le ministère de l'Agriculture dans un communiqué jeudi 10, appelant les éleveurs du Sud-Ouest à renforcer leur vigilance afin de prévenir tout risque de propagation du virus dans l'Hexagone.

Deux mois seulement après la fin du confinement des oies et des canards dans plusieurs régions françaises, les autorités rappellent donc aux professionnels l'importance de bien mettre en place les mesures de biosécurité sur leurs exploitations, appliquées sur tout le territoire depuis le 1er juillet 2016. Enfin, le ministère demande à tous les détenteurs de volatiles d'être à l'affut de l'apparition éventuelle de signes cliniques de la maladie chez leur bête. 

Cet épisode n'a aucun lien avec l'épizootie rencontrée dans le Sud-ouest fin 2015-début 2016, précise le ministère. A cette époque, la grippe aviaire était réapparue en France pour la première fois depuis 2007, contraignant les professionnels du foie gras à abattre des élevages entiers et à éradiquer tous les canards du Sud-Ouest. Furieux, des éleveurs avaient alors créé le mouvement des "canards en colère".

Afin d'éviter que cette situation ne se reproduise, les autorités ont saisi l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anes) "afin d'évaluer quelles sont les zones du territoire national les plus exposées". Cette dernière doit rendre sa conclusion sous huit jours.

 

Les autorités ont saisi l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anes) "afin d'évaluer quelles sont les zones du territoire national les plus exposées".


Commentaires

-