Paris: 58% des femmes ne se sentent pas en sécurité

Paris: 58% des femmes ne se sentent pas en sécurité

Publié le :

Vendredi 16 Mars 2018 - 17:42

Mise à jour :

Vendredi 16 Mars 2018 - 17:49
© FRANCOIS GUILLOT / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Selon un sondage publié jeudi, plus de la moitié des femmes ne se sentent pas en sécurité à Paris. Le but de l'étude était de mesurer la délinquance et le sentiment de peur ressenti par les Franciliens.

Une majorité de femmes ne se sentent pas en sécurité dans les rues de la capitale. C'est ce qui ressort d'une étude menée par l'Institut d'aménagement et d'urbanisme d'Ile-de-France (IAU), publiée jeudi 15 dans Le Parisien.

L'enquête, nommée Victimation et sentiment d'insécurité en Ile-de-France, révèle en effet que 58% ressentent de l'insécurité dans les rues de la capitale.

A voir aussi: Agressions sexuelles dans les transports - des dizaines de milliers de victimes par an

Si ce chiffre est élevé, le sondage montre pourtant une baisse du sentiment de peur par rapport aux années précédentes chez les Franciliens.

Vol à l'arrachée, peur de rentrer seule chez soi, peur d'agressions sexuelles dans les transports notamment: les femmes sont tout de même celles qui se disent le moins en sécurité. Et en effet, ce sont elles qui sont le plus souvent prises pour cibles.

Ainsi, alors que seulement 7% des hommes ont peur d'être seuls dans leur quartier, les femmes sont 31% à ne pas aimer cela. Pour la gente féminine, 40% des agressions ont lieu dans les transports en commun, RER, métro, train, bus et tramway confondus.

Ce résultat rappelle d'ailleurs une étude de l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) dévoilée en décembre dernier.

Elle révélait alors que 130.000 personnes, dont 110.000 femmes, étaient chaque année victimes d'atteintes sexuelles dans les transports. Près de la moitié des personnes interrogées (44%) disaient d'ailleurs avoir subi "plusieurs actes de même nature".

Bien que ces agressions, le plus souvent de nature sexuelle, soient punies par la loi, l'ONDRP regrettait alors que les femmes préfèrent adopter des "stratégies d'évitement, de résignation ou encore de contournement".

Pas moins de 40% des agressions dont les femmes sont victimes ont lieu dans les transports en commun.

Commentaires

-