Paris - Toxicomanes dans le métro: les conducteurs menacent de ne plus s'arrêter à certains stations

Drogues

Paris - Toxicomanes dans le métro: les conducteurs menacent de ne plus s'arrêter à certains stations

Publié le :

Lundi 15 Janvier 2018 - 16:47

Mise à jour :

Lundi 15 Janvier 2018 - 16:54
L'association SOS Usagers et le syndicat Unsa RATP ont dénoncé vendredi l'insécurité dans le métro parisien due au trafic de drogue et aux "toxicomanes souvent agressifs et dangereux". Les conducteurs menacent de ne plus marquer l'arrêt à certains stations.
©Kenzo Tribouillard/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Les métros s'arrêteront-ils toujours à certaines stations parisiennes? La question est posée par L’association SOS Usagers et le syndicat Unsa RATP qui ont dénoncé vendredi 12 l’insécurité dans le métro parisien due au trafic de drogue et aux "toxicomanes souvent agressifs et dangereux". Les lignes 4 et 12 semblent particulièrement touchées par ce fléau qui concerne essentiellement les consommateurs de crack.

"Avant, il n’y avait qu’une ou deux stations concernées par le phénomène sur la ligne 12. Aujourd’hui, c’est de Saint-Lazare au nord de la ligne", souligne l'Unsa.

"Certaines stations du nord de Paris sont ainsi devenues des lieux de deal, où les usagers côtoient au quotidien les toxicomanes", explique BFMTV. "(Les conducteurs de métro) arrivent et se rendent compte qu'ils (les toxicomanes) sont tellement nombreux au bord du quai qu'il peut y avoir une situation insécuritaire. Ou alors, parce que le collègue d'avant a signalé qu'effectivement ils sont virulents sur le quai, qu'il y a une bagarre, à ce moment-là, ils prennent des précautions d'usage pour ne pas marquer l'arrêt", a fait savoir un syndicaliste sur la chaîne de télévision.

"L’insécurité pour les usagers et les agents RATP que ces trafics engendrent n’est pas acceptable", expliquent l’association et le syndicat dans un communiqué, qui "en appellent aux pouvoirs publics et à la RATP pour que des mesures urgentes et sérieuses soient rapidement mises en oeuvre". "Des toxicomanes ont pris à partie des voyageurs. Le signal d’alarme a été tiré. Quand le collègue est allé voir, il a été agressé physiquement par deux personnes. Il a été obligé d’en maintenir une au sol, en attendant l’arrivée de renforts", rapporte notamment un syndicaliste.

Du côté de la RATP, on reconnaît "des difficultés croissantes", qui ont "un impact sur le sentiment de sécurité des voyageurs et du personnel".

Les conducteurs de métros parisiens menacent de ne plus s'arrêter à certaines stations du fait de la présence de toxicomanes.

Commentaires

-