Portugal: elle sera la grand-mère de l'enfant dont elle accouchera, le Portugal autorise la première gestation pour autrui

Portugal: elle sera la grand-mère de l'enfant dont elle accouchera, le Portugal autorise la première gestation pour autrui

Publié le :

Lundi 11 Septembre 2017 - 16:51

Mise à jour :

Lundi 11 Septembre 2017 - 16:56
©Marcel Mochet/AFP
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Pour la première fois, et sauf veto de dernière minute, une gestation pour autrui va se dérouler au Portugal. Et la mère porteuse n'est autre que la future grand-mère de l’enfant.

Elle va porter l'enfant et accoucher. Et elle sera sa grand-mère de manière parfaitement légale, ainsi en ont décidé les autorités sanitaires du Portugal. Une femme de 50 ans va en effet devenir mère porteuse pour le compte de sa propre fille âgée de 30 ans et qui ne peut plus avoir d'enfant. Elle sera donc biologiquement la grand-mère de l'enfant qu'elle porte. Et outre le caractère "atypique" du contexte, ce sera aussi la première fois que le pays autorisera la gestation pour autrui (GPA).

La mère biologique, qui n'avait pas d'enfant jusque-là, a vu sa volonté de fonder une famille brusquement stoppée par une maladie, l'endométriose, qui l'a forcée à subir une ablation de l'utérus. Mais la jeune femme a été prévoyante et a fait congeler ses ovocytes avant l'acte chirurgical qui l'a rendue stérile.

Le Portugal a voté la loi autorisant la GPA en 2016. Mais les conditions d'accès y sont strictes et tout a été fait pour éviter que se développe un "business" autour de la gestation pour autrui. La règle est simple: seules les femmes qui souffrent d'une absence ou d'un dysfonctionnement de l'utérus peuvent faire appel à la GPA. Et cette dernière ne peut en aucun cas être pratiquée dans le cadre d'une transaction financière quelconque. Autrement dit, l'acte doit avoir une justification médicale et rester intégralement gratuit.

C'est donc par pure volonté que sa fille devienne mère que la quinquagénaire est prête à être enceinte de nouveau et à porter l'enfant son enfant. Le Conseil portugais de la procréation médicalement assisté –une autorité émanant du gouvernement– a donné son feu vert. Seul l'Ordre des médecins portugais pourrait encore empêcher cette première dans le pays. L'organisation corporatiste dispose de 60 jours pour faire connaître sa décision.

La future grand-mère sera également la mère porteuse.

Sur le même sujet, la rédaction vous propose:



Commentaires

-