Pour réduire les complications d'une opération cardiaque, mieux vaut opérer l'après-midi assurent des cardiologues

Pour réduire les complications d'une opération cardiaque, mieux vaut opérer l'après-midi assurent des cardiologues

Publié le :

Lundi 30 Octobre 2017 - 20:31

Mise à jour :

Lundi 30 Octobre 2017 - 20:33
©OJO/Rex Reatures/Sipa
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Des cardiologues du centre hospitalier de Lille affirment dans une étude publiée vendredi que les risques de complications suite à une chirurgie cardiaque sont plus faibles si l'opération a lieu l'après-midi. Les causes seraient liées à l'horloge biologiques.

L'information semble curieuse, elle est pourtant tout à fait sérieuse: selon une équipe de médecins du Centre hospitalier régional universitaire (CHRU) de Lille, la chirurgie cardiaque serait beaucoup moins risquée, en termes de complications, si elle est effectuée l'après-midi. Ils ont publié leurs conclusions dans la revue The Lancet vendredi 27.

Les chercheurs se sont penchés sur 600 patients opérés dans l'établissement, la moitié le matin, l'autre moitié l'après-midi. Les malades avaient subi une opération d'une valve cardiaque ou un pontage coronarien. L'étude s'est penchée sur la situation de ces patients 500 jours après l'intervention et a mis en lumière une différence notable: le taux de complications pour les patients opérés le matin était de 18,4%, ce chiffre tombait l'après-midi à 9,4%.

Selon l'étude, la différence peut s'expliquer par des facteurs liés à l'horloge biologique. En effet, de telles opérations nécessitent de subir une "ischémie", soit une privation d'oxygène des cellules cardiaques du fait de l'arrêt momentané du cœur pour les besoins de l'opération. Or, une protéine appelée "reverb alpha", et qui rend plus dangereuse l'ischémie, se trouve présente en quantité plus élevée le matin que l'après-midi.

La recherche se penche donc sur la possibilité de développer des médicaments bloquant cette protéine. Mais, dans l'attente, opérer l'après-midi est donc un moyen de réduire la présence de cette protéine de manière "naturelle". Opérer après l'heure du déjeuner reste cependant plus complexe pour des raisons logistiques, notamment dans la surveillance des patients en phase de réveil, un moment toujours délicat dans une chirurgie lourde.

Chaque année, environ 20.000 personnes sont opérées du cœur chaque année.

La survenue de complications seraient divisée par deux selon le moment de l'opération.


Commentaires

-