Pourquoi parle-t-on de "langue de bois"?

C'est une excellente question, merci de l'avoir posée...

Pourquoi parle-t-on de "langue de bois"?

Publié le :

Lundi 04 Mai 2015 - 16:38

Mise à jour :

Dimanche 10 Mai 2015 - 16:28
Décriée et moquée, à tel point que d'aucuns revendiquent désormais le "parler vrai", la langue de bois autrefois réservée aux hommes politiques est devenue universelle. Mais au fait, d'où vient cette expression si familière, alors qu'elle n'est passée dans le langage courant français que dans les années 1970?
©Denis Balibouse/Reuters

Auteur : Pierre Plottu

  
-A +A

Autrefois apanage des hommes et des femmes politiques, la langue de bois est désormais partout. Elle a ainsi fait tache d'huile jusque dans le monde de l'entreprise, où l'on parle de "croissance négative" pour ne pas annoncer une récession, ou encore dans le sport professionnel où les footeux par exemple assurent que "l'essentiel c'est les trois points" pour éviter de parler d'un mauvais match… Mais, au fait, d'où vient cette expression si familière et pourquoi parle-t-on de "langue de bois"?

Devenue si répandue qu'il est désormais d'usage de revendiquer un "parler vrai" pour se défendre, par anticipation, de faire de la langue de bois, l'expression est pourtant relativement récente en France. Selon les nombreuses recherches et l'abondante littérature disponibles sur le sujet, elle est ainsi apparue en français dans les années 1950 mais ne serait devenue d'usage réellement courant qu'une vingtaine d'années plus tard, à partir des années 1970.

Dès la décennie suivante, l'expression est si usitée que les journalistes politiques commencent à s'interroger sur l'origine de cette langue de bois qu'ils évoquent à longueur d'article et qu'ils ne définissent même plus. A l'image de Jean-Paul Kauffmann, dans les colonnes de L'Evénement du jeudi du mardi 30 octobre 1984.

Faite de jargon technique mêlé de discours officiel, la langue de bois sert surtout à noyer le poisson. Elle trouve ainsi son origine dans la grande Russie tsariste, en actuelle Pologne, au XIXe siècle, où elle servait déjà à dénigrer la parole d'Etat. Alors "langue de chêne", un arbre symbole de dureté, l'expression dénigre la lourdeur très codifiée et rigide de la logorrhée bureaucratique. Les penseurs du communisme l'évoquent à partir des années 1860 pour définir "un langage convenu" et une forme de "censure".

Plus tard, en URSS, la langue de chêne devenue langue de bois sert à dénoncer le "parler-marxiste" officiel et la phraséologie typique du régime, avant de s'étendre à l'international. En France, elle reste ainsi longtemps un qualificatif réservé aux discours des communistes en général et du PCF et de la CGT en particulier. En 1982, le Larousse définit la langue de bois comme une "phraséologie stéréotypée utilisée par certains partis communistes et les médias de divers Etats où ils sont au pouvoir".

C'est au cours de cette même décennie que l'expression s'étend finalement à l'ensemble de la société. Hommes ou femmes politiques de tous bords, chefs d'entreprise, leaders religieux ou encore sportifs peuvent désormais s'adonner aux joies de la langue de bois, où à xyloglotter, comme disent les savants. En somme, à tâcher de ne rien dire, mais avec aplomb.

 

 

Auteur : Pierre Plottu

 
Les hommes politiques ne sont plus les seuls à pratiquer la langue de bois…