Pourquoi se serre-t-on la main pour dire bonjour?

Give me five

Pourquoi se serre-t-on la main pour dire bonjour?

Publié le :

Vendredi 27 Février 2015 - 16:25

Mise à jour :

Mardi 09 Mai 2017 - 19:00
Pour se saluer, certains se font la bise, d'autre un "hug" à l'américaine. Mais la poignée de main reste le geste le plus répandu, presque le plus naturel, pour dire bonjour à quelqu'un (mis sa part peut-être pour les proches). Etrange, non?
©Valinco/Sipa
PARTAGER :

Pierre Plottu

-A +A

La poignée de main peut parfois avoir, lorsqu'elle concerne par exemple des chefs d'Etat, une forte portée symbolique. Pour autant, c'est surtout un geste du quotidien pratiqué par des millions de gens, pour saluer des amis, des collègues, ou même des inconnus rencontrés pour la première fois. Une norme sociale très répandue, donc. Mais, au fait, pourquoi se serre-t-on la main pour se dire bonjour?

La poignée de main entre deux personnes qui se rencontrent remonterait au Ve siècle avant J.C. En cette époque où les différends se réglaient plus souvent à coups d'épée qu'en appelant la police, serrer la main de quelqu'un était un signe de paix. Il s'agissait d'instaurer la confiance avec son interlocuteur.

En effet, une large partie de la population étant droitière (entre 80% et 90%, estiment les spécialistes), placer sa main droite dans celle de son vis-à-vis empêchait de dégainer son arme. Et donc prouvait que l'on n'avait pas d'intentions guerrières.

Une habitude qui n'est toutefois devenue une convention sociale pour se dire bonjour qu'au Moyen Âge. Les chevaliers s'en servaient pour se saluer, toujours dans le même esprit, afin de montrer qu'ils ne comptaient pas sortir leur épée de son fourreau. En début de joute, il signifiait également que les deux protagonistes s'engageaient à mener un combat à la loyale, sans brandir une arme de manière fourbe.

Les chevaliers ont également peaufiné la norme puisqu'ils y ont ajouté le fait d'enlever son gant. Là encore, la signification est liée à l'art du combat: cela valait engagement à ne pas frapper son adversaire avec un poing ganté de maille, ce qui était dévastateur au possible…

Une norme qui n'est toutefois pas valable partout. Pour saluer, les Indiens et les Thaïs joignent leurs mains et se penchent légèrement en avant, les Japonais s'inclinent vers leur interlocuteur. Jusque dans nos sociétés occidentales, se serrer la main n'est pas admis partout: dans les sous-marins, par exemple, c'est très mal vu, pour des raisons d'hygiène.

 

 

La poignée de main pour se dire bonjour trouverait ses racines au Ve siècle avant J.C.

Commentaires

-