Disqualifiée au concours de Miss Guadeloupe pour du body painting contre le cancer du sein

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Disqualifiée au concours de Miss Guadeloupe pour du body painting contre le cancer du sein

Publié le 21/08/2020 à 12:02 - Mise à jour à 12:23
Instagram/anaelleguimbi_off
PARTAGER :

Auteur(s): FranceSoir

-A +A
Ce vendredi 21 août, une candidate n’aura pas la chance de succéder à Clémence Botino, notre actuelle Miss France, en tant que Miss Guadeloupe. Anaëlle Guimbi faisait partie des favorites du concours. Seulement voilà…
 
La jeune femme semble contrevenir aux « valeurs de Miss France », puisqu’elle a posé pour une séance de body painting en faveur de la lutte contre le cancer du sein. 
 
Anaëlle Guimbi a donc annoncé sa disqualification de la finale du concours ultramarin il y a quelques heures via ses comptes Instagram, Facebook et Twitter. 
 
« Les règles sont ce qu’elles sont, je m’incline mais je continuerai toujours à défendre les valeurs qui me sont chères comme ce combat contre le cancer du sein »
 
Maquilleuse professionnelle, modèle photo, l’ex-candidate est également une femme engagée, en témoigne un clip réalisé contre la violence faite aux femmes dans lequel elle pose maquillée comme une femme battue. 
 
 
La hantise des miss nues
 
La défense de causes justes – ou tout au moins la manière de les défendre – peut se heurter à la rigidité des comités Miss France, Gualeloupe La Belle en l’occurrence. Et manifestement, le body painting est considéré comme du nu. 
 
Des miss nues, c’est justement la hantise du Comité Miss France et de ses « hautes valeurs morales ». Le dernier article du règlement du concours indique notamment : 
 
« La candidate certifie sur l’honneur n’avoir jamais posé ou s’être exhibée dans un état de nudité partielle ou totale »
 
Alors oui, on se souvient des scandales créés par les photos osées de Valérie Bègue, Miss France 2008, dans Entrevue, ou de Laury Thilleman posant nue en une de Paris Match en 2011. Cela dit ni l’une ni l’autre ne s’étaient finalement vues retirer leur couronne. 
 
Colère et incompréhension
 
Rien à voir avec les clichés d’Anaëlle Guimbi. L’ex-candidate est certes seins nus, mais son corps est recouvert de peinture.
 
Le comité local a-t-il eu peur d’une éventuelle disqualification, un an après le sacre Clémence Botino ?
 
Toujours est-il que ce matin sur les réseaux sociaux, c’est à minima l’incompréhension, au pire la colère, qui anime les fans ultramarins du concours, certains allant jusqu’à réclamer l’annulation de la finale guadeloupéenne.
 
Anaëlle Guimbi plaide coupable (« en sachant que je participais à une élection, j’aurais dû anticiper ») et appelle à ne pas boycotter l’élection, au moins pour les autres candidates. Le Comité Miss France n’a pas réagi. 
 

Auteur(s): FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


Les photos qui valent son éviction à Anaëlle Guimbi

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-