Recul de l'espérance de vie et boom des décès en France, selon l'Insee

Première fois depuis 1969

Recul de l'espérance de vie et boom des décès en France, selon l'Insee

Publié le :

Mercredi 20 Janvier 2016 - 07:11

Dernière mise à jour :

Mercredi 20 Janvier 2016 - 07:12
C'est du jamais vu depuis 1969: l'espérance de vie des Française comme des Français a reculé en 2015, selon une étude publiée mardi par l'Insee. Dans le même temps, les décès sont à leur "plus haut depuis l'après-guerre", et les naissances baissent. Un tableau qui n'est pourtant pas si noir.
Facebook icon
Twitter icon
Google icon
©Régis Duvignau/Reuters
-A +A

La France a enregistré en 2015 un boom des décès, "au plus haut depuis l'après-guerre", mais aussi un recul de l'espérance de vie et une légère baisse des naissances, pour atteindre 66,6 millions d'habitants au 1er janvier 2016, a indiqué mardi 19 l'Insee.

Ainsi, 64,5 millions d'habitants vivent en métropole et 2,1 millions dans les cinq départements d'outre-mer. La population a augmenté de 247.000 personnes au cours de 2015 (+0,4%), quasi exclusivement portée par le solde naturel, différence entre les naissances et les décès, précise l'institut dans son dernier bilan démographique. Ce solde naturel, le plus faible enregistré depuis quarante ans (+200.000 en 2015 sur un an), reste le principal moteur de la croissance démographique, bien supérieur au solde migratoire (+47.000).

Autres faits notables de l'année écoulée, les naissances ont légèrement diminué (-19.000 sur un an) et le nombre de décès a fortement augmenté (+41.000 sur un an), enregistrant "son plus haut niveau depuis l'après-guerre", souligne Marie Reynaud, responsable des études démographiques et sociales de l'Insee. En 2015, 600.000 personnes sont décédées (+7,3% sur un an). Cette "forte hausse s'explique par l'augmentation du nombre des 65 ans et plus et par la hausse des taux de mortalité après 65 ans".

En cause, trois épisodes sanitaires de surmortalité: la grippe au premier trimestre 2015, la canicule en juillet et une vague de froid en octobre. Sous l'effet de ce surcroît de mortalité, l'espérance de vie à la naissance "diminue nettement", de 0,4 an pour les femmes, de 0,3 an pour les hommes. En 2015, une femme peut espérer vivre 85 ans et un homme 78,9 ans.

Cependant, ce n'est pas "un coup d'arrêt dans la tendance à la hausse de l'espérance de vie", tempère Mme Reynaud. Depuis vingt ans, elle a ainsi augmenté de 3,1 ans pour les femmes et de 5,1 ans pour les hommes. En 2003 et en 2012, l'espérance de vie à la naissance avait reculé pour les femmes uniquement pour repartir ensuite à la hausse. La dernière baisse pour les deux sexes remonte à 1969. "La population continue de vieillir, avec l'avancée en âge des baby-boomers (nés entre 1946 et 1974). La part des 65 ans et plus s'établit à 18,8% au 1er janvier 2016, contre 18,4% un an plus tôt", ajoute-t-elle.

Quant à la baisse des naissances en 2015, "elle n'a rien d'exceptionnel", assure l'Insee. D'une part, elle est faible (-2,3% par rapport à 2014), d'autre part, la natalité reste élevée, avec 800.000 nouveau-nés, un nombre à peu près stable depuis la fin du baby-boom. "De telles fluctuations ont été observées dans le passé. Le point le plus bas avait été atteint en 1994 avec 741.000 naissances et le pic en 2010 avec 833.000 bébés", précise l'institut.

Cette baisse s'explique par la diminution depuis 1995 du nombre de femmes en âge de procréer et le léger recul de la fécondité en 2015: 1,96 enfant par femme (niveau observé en 2005), contre 2 en 2014. En cause, la baisse de la fécondité des femmes de moins de 30 ans, qui s'est un peu accentuée. Celle des femmes de 30 à 34 a également reculé. Elle était stable depuis 2011. "La baisse des naissances devrait se poursuivre, avec le recul du nombre de femmes en âge de procréer, mais rien n'indique que la fécondité suive le même chemin", selon Marie Reynaud.

Pour l'Union nationale des associations familiales (Unaf), cette baisse était prévisible, en raison "des remises en cause répétées et massives des politiques familiales" qui entament selon elle la confiance des familles et donc la natalité.

L'âge moyen à l'accouchement atteint désormais 30,4 ans. Néanmoins, la fécondité française maintient son rang en Europe. L’Irlande et la France restent depuis 1999 les deux pays européens les plus féconds.

Enfin, si le nombre de mariages hétérosexuels demeure stable, à 231.000, les mariages entre personnes de même sexe sont moins nombreux: 8.000 l'an dernier contre 10.522 en 2014.

 

Auteur : La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP

La "forte hausse" du nombre de décès en 2015 "s'explique par l'augmentation du nombre des 65 ans et plus", selon l'Insee.