Reprise des cours, réouverture des crèches : le grand flou

Reprise des cours, réouverture des crèches : le grand flou

Publié le 15/04/2020 à 08:36 - Mise à jour à 11:32
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP/Archives
PARTAGER :

Auteur(s): France-Soir

-A +A
L’annonce de la réouverture des crèches, écoles, collèges et lycées laisse les Français perplexes. On devrait en savoir plus dans deux semaines. 
 
« La première grande mesure était de fermer les écoles car nos enfants étaient porteurs du virus, et là ce sont les premiers à en sortir. Mais c’est une blague ! » Dans l’allocution d’Emmanuel Macron lundi soir, une phrase a fait bondir parents d’élèves et enseignants, la reprise des cours dans les écoles, les collèges et les lycées à partir du 11 mai. 
 
Un dispositif allégé
Si bien qu’un adjectif est quasiment passé inaperçu sur le moment : « Progressive ». Le ministre de l’Education nationale l’a martelé hier dans tous les médias, répétant également que le dispositif serait forcément « allégé ».
« Les mois de mai et juin ne seront pas des mois normaux ». 
Et à part ça ? Et bien, on n’en sait guère plus pour le moment puisque le ministère et ses partenaires (enseignants, parents d’élèves, collectivités locales…) se donnent deux semaines pour « travailler et définir ce que l’on met derrière ce terme progressif », ainsi que l’a déclaré Jean-Michel Blanquer hier soir au JT de France 2. 
 
Beaucoup de questions, peu de réponses
Les pistes évoquées tournent autour d’une rentrée en fonction de l’âge (les écoles puis les collèges et les lycées, peut-être), du type d’enseignement (général ou professionnel) ou encore des territoires. D’autres sujets sont sur la table, notamment celui des cantines, mais aussi des garderies, des internats, du port du masque… la liste est longue. 
 
Le caractère obligatoire de cette rentrée de fin d’année doit également être discuté, alors que 54 % des Français la jugent prématurée dans le dernier sondage Odoxa.
 
L'école élément clé pour qu'une partie des français puissent retourner travailler, mais aussi indispensable pour que les 8% des élèves qui ont disparus des radars de l'école ne soient pas les laissés pour compte de cette crise.  A la dernière rentrée il y avait 12.4 millions d'élèves. 8% des élèves ne répondant pas à l'appel des cours, cela représente presque 1 million d'élèves.  Il ne faudrait pas que la crise sanitaire ait une influence plus importante sur l'emploi (crise économique sans pareil) et sur le futur des enfants.  Ces chiffres prennent une toute autre importance quand on les met en perspective avec le nombre des victimes du virus.

 

Auteur(s): France-Soir


PARTAGER CET ARTICLE :


Quelles seront les conditions du retour à l'école ?

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Lifestyle




Commentaires

-