Sécurité routière: les écarts de conduite les plus fréquents sur l'autoroute

Sécurité routière: les écarts de conduite les plus fréquents sur l'autoroute

Publié le :

Jeudi 09 Juillet 2015 - 18:36

Mise à jour :

Jeudi 09 Juillet 2015 - 18:42
©Eric Gaillard/Reuters
PARTAGER :
-A +A

En cette période de départs en vacances, l'observatoire Sanef a publié ce jeudi une étude recensant les pires écarts de conduite des automobilistes sur l'autoroute. Parmi eux, la vitesse excessive, l'oubli du clignotant ou le téléphone au volant sont les plus fréquents.

Alors que plusieurs mesures sur la sécurité routière sont entrées en vigueur le 1er juillet dernier, l'Observatoire Sanef (Société des autoroutes du nord et de l'est de la France) vient de publier, ce jeudi, un rapport sur les écarts de conduite des Français sur l'autoroute. Et sans grande surprise, ils sont nombreux. La première et non des moindres: la vitesse. D'après les résultats de cette étude, 37% des automobilistes ne respectent pas la limitation à 130km/h sur autoroute et 3% d'entre eux dépassent même les 150km/h.

Si la majorité de Français ne semblent pas inquiets de rouler au-dessus de la vitesse maximale autorisée, ils seraient aussi beaucoup à ne pas utiliser le clignotant, pourtant obligatoire lorsque l'on souhaite changer de direction. Ainsi, 35% des automobilistes n'utilisent pas le clignotant pour dépasser et 59% pour se rabattre.

Autre incivilité constatée: le téléphone au volant. Bien que cette pratique soit interdite par le code de la route et sanctionné de 135 euros d'amende et de trois points de retrait sur le permis de conduire, de nombreux Français continuent à être vissés dessus. Dans le détail, 40 conducteurs sur 1.000 utilisent leur téléphone "de manière visible, c'est-à-dire en le portant à l'oreille". Face à ce constat et afin d'enrayer la mortalité routière, le gouvernement a décidé de serrer la vis. Depuis le 1er juillet, l'utilisation des kits mains-libres et oreillettes bluetooth est interdite au volant. Seuls les dispositifs bluetooth intégrés aux véhicules ou les dispositifs intégrés aux casques pour les deux-roues restent autorisés.

En parallèle, l'étude publiée par la Sanef met le doigt sur un autre comportement à risque: le non-respect des distances de sécurité. Malgré les nombreuses vidéos de prévention, un automobiliste sur 4 observé roule encore trop près du véhicule qui le précède, ce qui représente un risque en cas de freinage ou d'inattention. Les conducteurs ont également pris l'habitude de rester sur la voie du milieu alors qu'ils sont censés rouler sur la voie de droite lorsqu’elle est libre. Au total, plus d’un sur 3 occupe la voie centrale de manière abusive.

Pour parvenir à ces résultats, l'organisme a effectué l'étude dans une zone neutre sans particularités pouvant influencer l'automobiliste (comme par exemple la présence d'un radar): une portion de l'A13 dans le sens Caen-Paris. Au total, 168.000 véhicules ont été observés sur une semaine. 

 



Commentaires

-