Tatouages, faux ongles, blanchiment des dents: la mise en garde de l'Académie de pharmacie

Tatouages, faux ongles, blanchiment des dents: la mise en garde de l'Académie de pharmacie

Publié le :

Vendredi 16 Juin 2017 - 20:52

Mise à jour :

Samedi 17 Juin 2017 - 09:43
Les tatouages, piercings ou les faux ongles sont devenus pour certains une banalité. Malgré tout, les risques sanitaires sont toujours aussi nombreux. Par conséquent, l'Académie de pharmacie a publié mercredi une série de recommandations à l'intention des professionnels de santé afin de mieux encadrer ces pratiques.
©Capture d'écran/YouTube
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Tatouage, piercing, maquillage permanent, blanchiment des dents, pose de faux ongles ou encore épilation définitive: de nos jours, nombreux sont ceux qui se laissent tenter par ces nouvelles tendances. Mais ces pratiques sont loin d'être anodines. Ainsi, face au grand nombre d'infections recensées, l'Académie de pharmacie a publié mercredi 14 une série de recommandations à l'intention des professionnels de santé. L'objectif: mieux encadrer ces pratiques.

Dans sa ligne de mire, l'hygiène. Dans son communiqué, elle a rappelé par exemple qu'il n’existait pas de diplôme spécifique pour la plupart de ces professions mais qu'un tatoueur, un pierceur ou une personne effectuant un maquillage permanent devaient avoir suivi une formation aux conditions d’hygiène et de salubrité d’une durée minimale de 21 heures réparties en trois jours consécutifs en deux modules de formation (théorique et pratique). Elle a également insisté sur l'importance d'informer chaque client sur les risques auxquels il s'expose.

Puis, l'Académie de pharmacie a mis en garde contre les tatouages réalisés "avec des produits divers et peu contrôlés" avant d'essayer d'expliquer leurs conséquences sur une peau saine ou lésée. Elle s'est également interrogée sur les pratiques d'éclaircissement des dents et les risques pour l'émail ou la dent. En parallèle, elle a exposé les risques potentiels liés aux nouveaux tatouages électroniques mais aussi ceux liés aux colles utilisées pour des poses de décoration (faux ongles).

Concernant ce dernier domaine, l'Académie de pharmacie a listé une série d'actions à envisager dans un futur proche. Ainsi, dans un premier temps, elle souhaiterait qu'un certificat de qualification professionnelle (CQP) soit exigé pour pouvoir exercer cette profession. De plus, l'organisme préconise une meilleure information sur les risques de ces techniques et sur les dangers à utiliser des kits vendus sur Internet. Enfin, elle estime qu'il serait bon de contrôler plus régulièrement les lampes UV ainsi que la protection des mains des clients lors des différents passages sous les lampes.

La pose de faux ongles est loin d'être anodine.


Commentaires

-