Top départ pour les publicités sur les trottoirs

Auteur(s)
La rédaction de FranceSoir.fr
Publié le 26 décembre 2017 - 17:51
Image
Un trottoir.
Crédits
©Don Emmert/AFP
Trois villes françaises vont tester la publicité éphémère sur les trottoirs.
©Don Emmert/AFP
Après les murs et les écrans, c'est désormais au tour des trottoirs d'être envahis par la publicité. A partir de ce lundi, trois villes françaises (Bordeaux, Lyon et Nantes) ont le droit de tester pendant un an les marquages publicitaires éphémères sur les trottoirs, selon un décret publié dimanche au "Journal officiel".

Jusqu'ici illégales, les publicités au sol ont finalement été autorisées dans plusieurs villes françaises. Depuis lundi 25, Bordeaux, Lyon et Nantes ont le droit de tester pendant un an les marquages publicitaires éphémères sur les trottoirs, selon un décret publié dimanche au Journal officiel (source JO). Concrètement, ces publicités ne pourront pas rester plus de dix jours ni excéder les 2,50 mètres carrés. Elles devront également être éloignées les unes des autres d'au moins 80 mètres.

"On utilise pour seule matière première de l'eau non potable projetée à haute pression sur un pochoir. Et le contraste entre la propreté et la saleté que l'on va obtenir avec le Kärcher va permettre de laisser apparaître un marquage qui s'estompe totalement au bout de 15 jours", a expliqué à BFMTV Guillaume Pâris de Bollardière, l'un des fondateurs de la société de pubs éphémères Biodegr'AD. Et d'ajouter: "On apporte une communication subtile qui ne correspond pas à l'agression visuelle habituelle qu'on peut voir en ville".

Selon le décret, cette expérimentation fera l'objet d'une évaluation tous les six mois pour chaque agglomération concernée puis d'un rapport final d'évaluation. Ce dernier mentionnera les éventuels liens entre accidents de la route et publicités au sol ou encore l'impact financier. Il devra également évoquer l'opinion des riverains afin de comprendre l'impact de ces marquages sur leur cadre de vie.

A lire aussi: le théâtre cède aux sirènes de la publicité

Mais cette décision est loin d'avoir fait l'unanimité. En effet, nombreux sont les internautes qui ont réagi sur les réseaux sociaux, dénonçant le trop-plein de publicités dans l'espace public. Certaines associations sont également montées au créneau à l'instar de Résistance à l'Agression Publicitaire dont la mission est de lutter contre les effets négatifs des activités publicitaires.

"Le dispositif peut être propre, mais son objectif est très sale (…) Notre environnement mental et paysager est envahi par ces publicités. Nous demandons à ce qu’on laisse des espaces libres de tranquillité, sans injonction à consommer", a dénoncé au micro de France Info Khaled Gaiji, le porte-parole de l’association.

À LIRE AUSSI

Image
La marque de cosmétique Dove, propriété du géant néerlandais Unilever, a présenté ses excuses et rec
La marque de cosmétique Dove s'excuse pour une publicité jugée raciste
La marque de cosmétiques Dove, propriété du géant néerlandais Unilever, a présenté ses excuses et reconnu être "passée à côté" après avoir diffusé en ligne une publici...
09 octobre 2017 - 14:21
Image
Des volontaires d'une ONG indienne distribuent des préservatifs à des automobilistes de Bombay à l'o
L'Inde interdit les publicités TV pour préservatifs en journée
L'Inde a interdit les publicités pour les préservatifs en journée à la télévision, citant des règles contre les contenus "vulgaires" et pour la protection des enfants....
12 décembre 2017 - 09:06
Politique
Image
Donald Trump lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, à Washington le 17 octobre 2017
CNN dévoile une publicité contre Donald Trump et les fake news (vidéos)
La chaîne d'information américaine CNN a dévoilé lundi une publicité contre Donald Trump et les fake news. Sans jamais le nommer, le spot s'en prend directement au pré...
24 octobre 2017 - 17:55
Politique

Dessin de la semaine

Soutenez l'indépendance deLogo FranceSoir

Faites un don

Nous n'avons pas pu confirmer votre inscription.
Votre inscription à la Newsletter hebdomadaire de FranceSoir est confirmée.

La newsletter FranceSoir

En vous inscrivant, vous autorisez FranceSoir à vous contacter par e-mail.