Trafic perturbé sur l'A1 pour l'évacuation de la "colline du crack"

Trafic perturbé sur l'A1 pour l'évacuation de la "colline du crack"

Publié le :

Mercredi 27 Juin 2018 - 10:57

Mise à jour :

Mercredi 27 Juin 2018 - 11:02
© PHILIPPE LOPEZ / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de France-Soir

-A +A

La préfecture de police de Paris a ordonné pour ce mercredi et jusqu'à jeudi matin la fermeture de plusieurs bretelles d'accès au nord de Paris. Cela afin de procéder à l'évacuation de la "colline du crack", campement servant de lieu de vente de drogue entre les voies rapides.

L'évacuation d'un lieu de vente de drogue perturbe la circulation aux abords de Paris ce mercredi 27. Les autorités ont lancé une opération visant la "colline du crack", campement situé en bordure de l'A1, près du Stade de France.

Cette bande de terre est devenue un haut lieu du trafic de drogue, occasionnant notamment des perturbations de la circulation sur la portion de l'A1 qui relie Paris à l'aéroport de Roissy. L'opération destinée à évacuer cette zone nécessite ce mercredi 27 et au moins jusqu'à jeudi 28 au matin une fermeture de certaines voies.

La bretelle numéro 1 assurant l'accès au boulevard périphérique depuis l'A1 est donc fermée, de même que la bretelle 3b dans le sens Paris/Boulevard périphérique intérieur. La préfecture explique que cette mesure est nécessaire "pour des raisons de sécurité des personnes et des biens et afin d'assurer au mieux la fluidité du trafic".

Lire aussi: Ile-de-France: travaux estivaux pour la RATP, de nombreux tronçons fermés

Dans cette zone d'accès à la capitale déjà connue pour son engorgement, notamment à hauteur de la porte de la Chapelle, l'opération a provoqué d'importantes perturbations. Ce mercredi matin, le site d'info trafic francilien Sytadin annonçait un temps de parcours d'une heure pour faire les six kilomètres entre A1-BDL/La Courneuve (A86) et A1-BP/P.Chapelle. Sur le trajet entre A1-A3/Roissy et A1-BP/P.Chapelle, il fallait compter 1h15 pour faire 15 kilomètres.

"La semaine dernière, il y avait plus d'une centaine de personnes présentes sur la colline. Tous ne vivent pas sur place; beaucoup viennent la journée pour acheter leurs drogues", a témoigné au Parisien un responsable associatif. A ce phénomène s'ajoutait également celui de la mendicité entre les voitures arrêtées. La crainte du côté des associations est de voir le problème simplement déplacé vers les gares ou les stations de métro.

La circulation est impactée ce mercredi par l'évacuation de la "colline du crack", au nord de Paris.

Sur le même sujet, la rédaction vous propose:


Commentaires

-