Vaccins obligatoires: quelles sont les maladies concernées... et ce que vous risquez en cas de refus

Vaccins obligatoires: quelles sont les maladies concernées... et ce que vous risquez en cas de refus

Publié le :

Mardi 05 Septembre 2017 - 10:21

Mise à jour :

Mardi 05 Septembre 2017 - 10:27
© PHILIPPE MERLE / AFP/Archives
PARTAGER :

La rédaction de FranceSoir.fr

-A +A

Le 1er janvier 2018, le nombre de vaccins obligatoires passera de trois à onze. Huit nouvelles maladies sont donc concernées, et les récalcitrants risquent, en théorie, gros sur le plan judiciaire.

Jeudi 31 août, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a confirmé qu'à partir du 1er janvier 2018, 11 vaccins seront obligatoires pour les enfants contre "seulement" trois actuellement.

Pour rappel, les trois vaccinations obligatoires aujourd'hui sont celles contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. Ces vaccins ont été rendus obligatoire respectivement en 1938, 1940 et 1964. Ces trois pathologies sont actuellement couvertes en une seule injection dite "DTP".

Les huit autres vaccins qui vont venir compléter cette liste réduite sont ceux qui actuellement sont considérés comme "recommandés" par les autorités sanitaires. Les maladies concernées sont les suivantes: les oreillons, la rougeole et la rubéole (qui sont couvertes en même temps par le vaccin ROR), mais aussi l'hépatite B, l'haemophilus influenzae (causant des méningites), le pneumocoque et le méningocoque C.

Selon la ministre, le changement ne sera pas le grand chamboulement annoncé car 70% des enfants sont déjà couverts par l'ensemble de ces vaccins. Et le passage de "recommandé" à "obligatoire" entraîne une prise en charge à 100% par la sécurité sociale.

Mais pour ceux qui restent récalcitrants, la sanction pourrait s'avérer particulièrement lourde… du moins en théorie. La loi menace de six mois de prison et 3.750 euros d'amende un refus de vaccination de la part d'un parent. Si ce refus entraîne une mise en danger de la vie de l'enfant, la peine peut grimper à deux ans de prison et 30.000 euros d'amende.

La majorité des Français sont déjà couverts pour les maladies concernées.

Commentaires

-