Malhama Tactical: les instructeurs mercenaires des djihadistes

Malhama Tactical: les instructeurs mercenaires des djihadistes

Publié le :

Vendredi 07 Septembre 2018 - 16:47

Mise à jour :

Vendredi 07 Septembre 2018 - 17:06
Tous les belligérants du conflit syrien ont leurs "instructeurs", qu'ils soient envoyés par une grande puissance (par exemple la Russie pour le régime Assad) ou privés. Matteo Puxton, spécialiste des questions de défense et observateur de référence du conflit, présente pour France-Soir Malhama Tactical, des mercenaires qui forment les troupes de choc de certains groupes armés djihadistes.
©DR
PARTAGER :

Matteo Puxton, édité par la rédaction

-A +A

Malhama Tactical naît en mars 2016. Cette formation est fondée par Abou Rofik, un personnage dont on sait en réalité peu de choses, si ce n'est qu'il était sans doute ouzbek. Il aurait été, peut-être, un ancien des forces aéroportées russes (VDV), mais il a aussi prétendu, en 2014, être un ancien sniper du GRU (les renseignements russes), ce qui est sans doute inexact. Il rejoint la Syrie en 2013, sert dans la katiba de Sayfullah Shishani, ancien camarade d'Abou Omar al-Shishani, qui s'est brouillé avec ce dernier quand celui-ci a rejoint l'Etat islamique en Irak et au Levant. La katiba de Sayfullah Shishani avait rallié le front al-Nosra à la fin de l'année 2013. Ce dernier est tué le 6 février 2014 lors de l'assaut raté sur la prison centrale d'Alep. Dès 2014, Abou Rofik dirige un camp d'entraînement de djihadistes dans la province d'Alep, toujours dans la katiba Sayfullah, puis crée Malhama Tactical (MT). Le choix du nom de la formation n'est pas anodin. Le terme Malhama renvoie à la bataille apocalyptique censée être menée près de Dabiq à la fin des temps, pour l'islam; le terme renvoie à un hadith fameux d'Abou Muslim, souvent cité par les djihadistes (y compris chez l'Etat islamique).

Abou Rofik en 2016.

Malhama Tactical devient visible durant l'été 2016 par la publicité que le groupe réalise sur Twitter, VK (VKontact, le pendant russe de Faceket), YouTube, notamment. Il s'agit d'un groupe d'instructeurs pour les formations djihadistes issus, pour la plupart, des forces armées des anciennes républiques du bloc soviétique. Dès le départ, MT est proche de Jabhat Fateh al-ham, la première évolution du front al-Nosra née en juillet 2016, sans y être formellement intégré. Il forme d'ailleurs des groupes évoluant dans l'orbite de Jabhat Fateh al-Sham, comme Ajnad al-Kavkaz. Des spécialistes font remarquer que ce groupe d'instructeurs, de fait, dispose des bases prouvant qu'ils ont fait partie d'une armée régulière, mais qu'il leur manque le sens tactique et les réflexes de fantassins expérimentés ou même de sous-officiers. Toutefois cela suffit à les placer un cran au-dessus des combattants moyens sur la zone. Comme ce sont des instructeurs, ils ne sont qu'assez peu sur la ligne de front: cependant, en août et en octobre 2016, ils participent aux offensives rebelles pour lever le siège d'Alep-Est. En septembre ils combattent aux côtés du Parti islamique du Turkistan (PIT) sur le front au sud d'Alep. Ils reconnaissent un tué et un blessé pendant ces combats. Le groupe n'est pas très étoffé, visiblement: une dizaine de membres au plus.

Le 7 février 2017, Abou Rofik, sa femme et leur enfant sont tués par une frappe russe dans la province d'Idlib. Il faut attendre le 5 mai pour que Malhama Tactical annonce avoir choisi un remplaçant à Abou Rofik, Abou Salman Belarus, qui aurait été sergent dans la 103ème brigades des forces aéroportées au sein des forces spéciales biélorusses, dans la région de Vitebsk. MT travaille avec Hayat Tahrir al-Cham (HTC), la deuxième évolution du front al-Nosra née en janvier 2017, avec Ahrar al-Sham, et avec Ansarul Jihad, fondée par Abou Umayr Turkistani, une petite katiba regroupant des combattants d'Asie Centrale. Une des particularité de MT est d'avoir fait appel, très tôt, pour son financement, à la cryptomonnaie. Alors qu'il est toujours instructeur pour la katiba Sayfullah, basée à cette époque à Hraytan, au nord-ouest d'Alep, en 2015, Abou Rofiq aurait déjà sollicité des dons via ce système. En 2017, on voit Malhama Tactical investir dans le Bitcoin.

En mars, une vidéo montre une trentaine d'hommes: MT se serait donc étoffé, au-delà du cercle d'une douzaine d'instructeurs. Le groupe a participé à la préparation des forces spéciales d'Hayat Tahrir al-Cham en vue de l'offensive au nord de Hama. En avril, un des combattants est présenté sous une kounya qui en ferait un Chinois Han: par ailleurs MT aurait récupéré des Ouïghours, en plus d'avoir formé ceux du PIT, ce qui expliquerait qu'à partir du mois d'août son discours se durcisse quant au sort des Ouïghours en Chine.

La formation dispensée par le groupe révèle toujours les mêmes forces et les mêmes faiblesses; toutefois Malhama Tactical dispose d'un matériel relativement high-tech dans la sphère djihadiste locale, l'entretient, propose même des améliorations. De nouvelles armes font leur apparition entre leurs mains comme un lance-grenades AGS-30. En mai, l'organisation conduit un raid commun avec Ajnad al-Kavkaz au nord-ouest d'Alep, contre un bâtiment des renseignements de l’armée de l’air du régime syrien au nord-ouest de la ville tenu par les miliciens palestiniens de Liwa al-Quds; puis un autre en juillet qui vise l'orphelinat juste à côté du bâtiment des renseignements de l'armée de l'air.

Le 22 juillet, une autre vidéo montre Malhama Tactical neutraliser une position où se tenaient des snipers avec un RPO-A Shmel. Le 6 septembre, le groupe mène de nouveau une opération inghimasi (troupes de choc des djihadistes) dans les environs du bâtiment des renseignements de l'armée de l'air, au nord-ouest d'Alep. Fin septembre, Malhama Tactical conduit une autre opération du même type vers Bashkuy, au nord-est de Hraytan. MT a également pris part, à l'automne, aux combats contre l'Etat islamique au sud d'Idlib et au nord-est de la province de Hama.

Mai 2017: lors du raid conjoint avec Ajnad al-Kavkaz, un combattant épaule un RPO-A Shmel.

En 2018, après un long silence, le chef de Malhama Tactical, Abou Salman Belarus, réalimente un compte Twitter en avril, sur lequel il reposte des archives du groupe, puis de nouveaux matériaux. Le 19 avril, une vidéo montre les combattants du groupe en action sur le front au nord de la province de Hama. Cinq hommes en tenue lourde (casques et gilets pare-balles, genouillères) sont engagés: l'un dispose d'un M-16, un autre d'un AK-74M et d'un RPG-7, un autre d'un RPO-A Shmel, un autre d'un lance-grenades de type RBG-6. Le 28 mai, Abou Salman se fait l'écho de la situation tendue dans l'enclave d'Idlib, en raison des assassinats ciblés commis par des cellules pro-EI ou celles d'autres acteurs: il conseille aux combattants de ne pas voyager en uniforme et de garder une arme chargée à portée de main.

Lire aussi - Exclu - Syrie: la guerre des ombres entre les groupes djihadistes à Idlib (1/4)

Suivent tout une série de tweets avec des recommandations pratiques à cet effet. Le 16 juin, évoquant un nasheed (chant religieux) vidéo mis en ligne par les combattants d'Hayat Tahrir al-Cham issus des Maldives, Abou Salman annonce qu'ils ont eux aussi bénéficié de la formation de Malhama Tactical. L'organisation poste également des liens directs pour obtenir un financement via Bitcoin, ce qu'il n'avait jamais fait jusqu'ici, avant de repasser en mode confidentiel à l'été. Parmi les armes et équipements nouveaux qui apparaissent sur les vidéos postées depuis, des pistolets Glock 19, des silencieux et des systèmes de visée avec point rouge.

Les combattants des Maldives d'HTC lors de la capture d'Abou Dali (9 octobre 2017). D'après le chef de MT, ils auraient bénéficié de leur instruction.

Le 20 juin, Abou Salman Belarus annonce que le groupe inghimasi d'HTC et de Katiba Jabal-Islam ayant mené la veille une attaque derrière les lignes ennemies contre les positions du régime dans la montagne Turkmène (province de Lattaquié) a bénéficié de leur instruction. Le commando était notamment pourvu de fusils d'assaut AK-74M munis de silencieux. À partir du 25 juin, Abou Salman relaie de courtes vidéos de son groupe annonçant des formations sur la mitrailleuse PKM et le lance-roquettes RPG-7. Le 4 juillet, il publie les images d'un reportage photo d'HTS montrant l'entraînement des forces spéciales du groupe, auquel Malhama Tactical participe. Le 8 juillet, Abou Salman annonce que le cours d'instruction sur RPG-7 est terminé. Il semble que MT ait entraîné le contingent de combattants iraniens sunnites qui opère aux côtés d'Hayat Tahrir al-Cham. Le 10 juillet, Abou Salman annonce que les djihadistes ayant attaqué les positions du régime dans la montagne Turkmène (Fursan al'Iman, Ansar al-Sham et peut-être Katibat Jabal al-Islam) ont bénéficié de leur entraînement.

Le 13 août, Abou Salman confirme que Malhama Tactical entraîne les "bandeaux rouges", les troupes de choc d'Hayat Tahrir al-Cham, que son média Amjad a mis en avant dans ses dernières productions vidéos. Une vidéo postée sur le compte montre aussi l'entraînement au tir sur RPG-7 avec une roquette PG-7VR. Ce cours d'entraînement sur RPG-7 se termine le 17 août. Il semble avoir concerné pour partie des combattants allemands d'HTC. Un reportage photo du 20 août du groupe djihadiste montre de nouveau les "bandeaux rouges" entraînés par Malhama Tactical.

Malhama Tactical se situe clairement dans la sphère djihadiste. Il est très proche d'Hayat Tahrir al-Cham. Son chef Abou Salman Belarus est très hostile à l'Etat islamique, ce qui se comprend d'autant mieux que MT a participé à des opérations contre l'EI depuis l'automne 2017. Toutefois, le compte Twitter d'Abou Salman relaie aussi les images de loyalistes à al-Qaïda (Tanzim Hurras ad-Deen), ce qui ne signifie pas que Malhama Tactical adhère forcément à cette idéologie.

Voir - Syrie: comment al-Qaïda reprend pied en zone djihadiste

A noter que les productions vidéo de Malhama Tactical reprenaient, en 2017, des nasheeds de l'EI: le phénomène est courant chez les groupes djihadistes évoluant dans l'orbite d'HTC, probablement parce que ces chants sont plus nombreux que ceux des groupes liés à al-Qaïda -là encore cela ne signifie pas que Malhama Tactical a un penchant vers Daech, au contraire, puisqu'il a combattu le groupe par les armes, et violemment.

Malhama Tactical conserve une présence sur les réseaux sociaux: le compte Twitter présenté comme celui d'Abou Salman Belarus, le chef de la formation, qui compte plus de 1.260 abonnés et un canal Telegram (qui reprend surtout les tweets d'Abou Salman) suivi par plus de 650 personnes. Plus original, une page Facebook Malhama Tactical Indonesia  (https://www.facebook.com/MTindonesiaofficial/ ) a été créée fin juillet, probablement par des "fans" indonésiens de Malhama Tactical. Étant donné que le groupe a indiqué le Myanmar et la Chine comme des lieux possibles où l'instruction pourrait être utile, ce relais asiatique n'a rien d'étonnant.

La douzaine d'instructeurs originaux de Malhama Tactical disposaient d'armes relativement sophistiquées pour le théâtre: AK-74M, mitrailleuses PKM, auxquels ils apportaient des modifications, lance-roquettes RPG-7 et RPO-A Shmel, HAR-66, lance-grenades RBG-6, AGS-30 en 2017. Dès 2016, le groupe dispose d'un matériel d'appoint (produits comme les bandages, etc) de première qualité, équivalent sur le marché à ce que peut avoir l'armée américaine par le marché civil. Malhama Tactical fabrique aussi ses propres grenades artisanales. Le groupe entretient correctement ses armes, ce qui le distingue aussi d'autres formations, y compris l'EI. Récemment, le groupe a participé comme on l'a dit aux combats sur le front au nord de Hama, en avril 2018.

Tous les articles de Matteo Puxton à lire ici

Les instructeurs de Malhama Tactical ont formé de nombreux combattants djihadistes.


Commentaires

-