Ferme ta gueule, c’est un hold-up…

  •  SOUTENEZ L'INDEPENDANCE DE FRANCESOIR, FAITES UN DON !  

Ferme ta gueule, c’est un hold-up…

Publié le 19/11/2020 à 09:00
FranceSoir
PARTAGER :

Auteur(s): Sébastien MÉNARD pour FranceSoir

-A +A

Je dis ca je ne dis rien… D’autant que j’ai hésité à prendre la parole sur ce sujet qui fait polémique et qui dérange. Mais puisque l’occasion m’est donnée librement pour le dire haut et fort et surtout l’écrire noir sur blanc, alors je le dis : Non, je ne suis pas d’accord avec l’importance donnée au docufiction réalisé par le dénommé Pierre Barnérias, que je ne connais d’ailleurs pas.

Le titre contrefait de ce film « Hold-Up » diffusé en ligne et vu près de 3 millions de fois en 1 semaine depuis le 11 novembre, aurait pu m’inciter pour vous en parler, à revenir ici sur un grand classique connu de tous, originalement titré, lui, avec le cultissime Jean-Paul Belmondo. Mais la comparaison eut été finalement peu flatteuse pour le grand Alexandre Arcady. Le genre est différent me direz-vous.

Alors je me suis souvenu d’un groupe, 113, que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître. Et je ne sais pas pourquoi mais c’est à eux que j’ai immédiatement pensé quand moi aussi je me suis penché par curiosité sur ce phénomène éphémère. Dans ma tête, je me suis souvenu du rap singulier de Rim’K et Mokobé pour ne citer qu’eux. Et j’ai instinctivement adapté « Hold Up » -décidement- l’un de leur plus grand succès sorti en 1999. Dans ma tête les « Princes de la ville » ont laissé leur place aux princes du Covid. Quand les uns rentraient dans la banque, les autres sont, « entrés dans nos têtes sans faire toc-toc-toc, Covid intouchable, ferme ta gueule, c'est un hold-up ! »

Voila ce qui me gène profondément au visionnage de ce film documentaire très controversé et surtout à la lecture abrutissante des argumentaires conformistes très critiques des antis comme des argumentaires simplistes très complotistes des pros. La vérité du milieu n’existe pas. Et depuis 8 jours, nous assistons, nous les gens dits « normaux », à un affrontement d’une violence intellectuelle inouïe par media interposés et sur les réseaux sociaux, entre d’un côté des citoyens  radicalisés et de l’autre des sachants très remontés. Et face aux uns ou face aux autres, nous n’avons pas d’autres choix que de, pardonnez-moi l’expression : Choisir notre camp ou fermer notre gueule.  Vous, je ne sais pas, mais moi si je l’écris ici, c’est parce que je ne suis pas d’accord avec cette proposition binaire discriminante.

Bien fait, mal fait je ne jugerai pas le travail journalistique réalisé. Les questions légitimes posées par le réalisateur sont illustrées à grands renforts de témoignages et sont mises en récit avec une mécanique bien connue : itération narrative, orientation éditoriale, tonalité lourde, voix graves, climat anxiogène. Une lecture est proposée. Ce n’est pas la mienne. Toutes les réponses à nos interrogations ne sont pas apportées.  « Hold Up » est à l’image d’une époque qui n’est pas moins respectable que les précédentes et les suivantes. Mais notre époque est singulièrement clivante, et cela il n’est pas interdit de le dire.

La France confinée est-elle réduite à des illuminations simplistes qui doivent faire face à des élites moralisatrices ? La France d’Emmanuel Macron aurait-elle été muselée par de vils complotistes d’un côté et par des nouveaux censeurs autoritaires de l’autre ? Non je ne le crois pas. Car répondre affirmativement à cela ce serait méconnaître profondément la France, son histoire et ses institutions et ne pas reconnaître à notre grande nation son incomparable destin intellectuelle, philosophique et politique.

Oui, la France est devenue un grand bordel ! Mais non, en France, il n’y a pas de cinquième colonne, de machiavélisme étatique, de préméditation partisane, de société secrète, de plan caché, de complot judéo-maçonnique, de gouvernance mondiale… En déplaise à quelques-uns, non les Français ne sont ni complotistes, ni conspirationnistes, ni collapsologistes. Et c’est tant mieux !

Alors si je suis indigné, c’est moins parce que ce film documentaire de deux heures trente interroge, interpelle et dérange en adressant des interrogations nécessaires et récurrentes, mais plus parce que la conclusion totalement fictionnelle, atomise les arguments développés pendant près de deux heures et divise durablement deux communautés définitivement radicalisées. Et quelque soit le camp choisi, l’irrationnel devient logique, l’anomalie devient la norme, l’hypothèse devient la vérité, le bon sens devient la morale, l’emballement devient l’obsession, la prédiction devient la réalité, etc etc etc ….

Pourquoi chercher une corrélation logique entre des événements dingues, inattendus et dramatiques qui auraient pu aussi se dérouler sans avoir de rapport direct ou indirect les uns avec les autres ? Il n’est en même temps pas interdit de dire que nous sommes un peu perdus et abasourdis par ce qu’il nous arrive. Et bien malin celui qui peut à ce stade prédire l’avenir et dire le devenir de cette pandémie mondiale qui a mis notre monde moderne sous cloche et nos malades, puissants et misérables sous bulles ! 

Alors oui il y le débat incompréhensible sur l’efficacité de l’hydroxychloroquine, lui-même pollué par les arguments d’autorité des pouvoirs publics, eux-mêmes étayés par les saillies infantilisantes des nouveaux sachants, elles-mêmes associées aux  injonctions contradictoires sur le port du masque, elles-mêmes douchées par les annonces du reconfinement et ces conséquences désastreuse pour tous les petits patrons, les artisans, les commerçants, les indépendants et une armée de petites mains souvent mal payées ...

Mais peut-être devrions nous tout simplement comme l’ancien Premier ministre Michel Rocard « toujours préférer l'hypothèse de la connerie à celle du complot. La connerie est courante. Le complot demande un esprit rare. »

Auteur(s): Sébastien MÉNARD pour FranceSoir


Chère lectrice, cher lecteur,
Vous avez lu et apprécié notre article et nous vous en remercions. Pour que nous puissions poursuivre notre travail d’enquête et d’investigation, nous avons besoin de votre aide. FranceSoir est différent de la plupart des medias Français :
- Nous sommes un média indépendant, nous n’appartenons ni à un grand groupe ni à de grands chefs d’entreprises, de ce fait, les sujets que nous traitons et la manière dont nous le faisons sont exempts de préjugés ou d’intérêts particuliers, les analyses que nous publions sont réalisées sans crainte des éventuelles pressions de ceux qui ont le pouvoir.
- Nos journalistes et contributeurs travaillent en collectif, au dessus des motivations individuelles, dans l’objectif d’aller à la recherche du bon sens, à la recherche de la vérité dans l’intérêt général.
- Nous avons choisi de rester gratuit pour tout le monde, afin que chacun ait la possibilité de pouvoir accéder à une information libre et de qualité indépendamment des ressources financières de chacun.

C’est la raison pour laquelle nous sollicitons votre soutien. Vous êtes de plus en plus nombreux à nous lire et nous donner des marques de confiance, ce soutien est précieux, il nous permet d’asseoir notre légitimité de media libre et indépendant et plus vous nous lirez plus nous aurons un impact dans le bruit médiatique ambiant.
Alors si vous souhaitez nous aider, c’est maintenant. Vous avez le pouvoir de participer au développement de FranceSoir et surtout faire en sorte que nous poursuivions notre mission d’information. Chaque contribution, petite ou grande, est importante pour nous, elle nous permet d'investir sur le long terme. Toute l’équipe vous remercie.




PARTAGER CET ARTICLE :


Sébastien Ménard

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-