La recherche française démonte l'hydroxychloroquine avec des études non scientifiquement examinées

La recherche française démonte l'hydroxychloroquine avec des études non scientifiquement examinées

Publié le 29/08/2020 à 16:42 - Mise à jour à 17:05
FranceSoir
PARTAGER :

Auteur(s): Peter D'angelo pour FranceSoir

-A +A

Les centres de recherche français essaient de démonter l'hydroxychloroquine sur la base d'études qui n'ont pas été scientifiquement examinées. Incroyable

INTERVIEW : Au cours des 3 derniers jours, 2 études sur l'hydroxychloroquine ont été publiées - une étude italienne sur 3451 patients et une étude belge sur 8075 patients  -, toutes deux concluent que le médicament réduit la mortalité de 30%, avec une efficacité qui augmente si le médicament est administré tôt, lorsque les premiers symptômes de Covid-19 apparaissent.

Le jour suivant la publication de l'étude belge, une méta-analyse a été publiée dans la revue Clinical Microbiology and Infectious, qui arrive à des conclusions différentes, à savoir que l'hydroxychloroquine (seule ou en combinaison avec l'azithromycine) ne sert pas ou augmente la mortalité de 27%.

Pour comprendre comment il est possible que des publications faisant autorité arrivent à des conclusions opposées, nous avons interviewé Andrea Savarino, le chercheur italien de l'Instituto Superiore di Sanità, qui a été le premier en 2003 à proposer l'utilisation de l'hydroxychloroquine/chloroquine contre le Sars1 et qui vient de publier dans une revue du groupe Springer Nature un modèle mathématique qui simule la réponse de l'organisme aux médicaments anti-Covid.

 

FS :  Avant-hier a été publiée une méta-analyse qui part de plus de 800 articles en ligne et arrive à en choisir et analyser 29, parmi lesquels on conclut que l'hydroxychloroquine seule ne fait rien et qu'en association avec l'azithromycine, elle augmente la mortalité, qu'en pensez-vous ?

AS : Des décennies de lutte contre le sida nous enseignent qu'une thérapie ciblée contre un virus à ARN doit consister en une combinaison de plusieurs médicaments - l'hydroxychloroquine peut être l'un d'entre eux - avec différents mécanismes d'action au lieu d'un seul médicament. Je ne voudrais pas qu'il y ait une croisade médiatique contre l'hydroxychloroquine, qui à elle seule n'est certainement pas un remède anti-Covid, mais qui pourrait y mener dans un avenir proche. Il est vrai que l'hydroxychloroquine, si elle est administrée en combinaison avec l'azithromycine, pourrait augmenter le risque cardiovasculaire, comme l'a récemment rapporté le Lancet Rheumatology chez des patients atteints de lupus, mais il est également vrai que cet effet a été supposé dès le début de l'épidémie et que des lignes directrices pour la surveillance cardiologique des patients traités à l'hydroxychloroquine ont été publiées pendant des mois. Un exemple de la manière dont ce type de toxicité peut être évité est un article récemment publié dans une étude menée en Iran. Dans cette étude, où les patients ont été sélectionnés sur la base de paramètres cardiologiques, les auteurs déclarent qu'une combinaison d'azithromycine et d'hydroxychloroquine, administrée avec un troisième médicament, le lopinavir/r (c'est-à-dire une véritable thérapie combinée) accélère la guérison des patients traités.

 

FS - Connaissez-vous ces 29 recherches, mentionnées dans la méta-analyse ? 

AS : Oui, mais ce n'est pas le problème de cette méta-analyse : après avoir soumis plus de 800 articles à une analyse très stricte et n'en avoir sélectionné que 21, suite à des criblages successifs les uns après les autres et effectués par des opérateurs toujours différents, les chercheurs principaux ajoutent au dernier moment 10 nouveaux articles issus du cyberespace des prépublications rapportées par Google Scholar, c'est-à-dire des publications non soumises à la communauté scientifique. Pourquoi les auteurs indiquent-ils dans la figure 1 de l'article un chemin d'origine différent pour ceux-ci ? Sur quelle base ont-ils été sélectionnés ? Sur la même base que les autres articles ? Si oui, pourquoi n'ont-ils pas également inclus les éléments suivants ? https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.07.08.20148841v1 https://search.bvsalud.org/global-literature-on-novel-coronavirus-2019-ncov/resource/en/covidwho-622385

Je crois savoir que l'un de ces articles est sorti le 10 juillet, soit 15 jours seulement après la soumission au journal de l'article en question, mais alors pourquoi se précipiter pour mentionner la prépublication de l'étude RECOVERY, où les patients ont été traités avec une dose de charge "toxique" (2 400 mg de dose initiale) et qui a été publiée par Google Scholar 5 jours plus tard ? Étant donné l'urgence actuelle, nous avons tous dû malheureusement nous fier à la prépublication.

Mais même publier un communiqué de presse qui jette dans la panique des milliers de personnes qui prennent un médicament pour un tiers sur la base d'informations non soumises à un examen scientifique ? 

 

FS - Dr. Savarino, vous avez été le premier en Europe à dénoncer les erreurs de recherche qui sont apparues sur The Lancet. Le lendemain de la publication, vous avez déclaré - dans une interview à un journal italien - que les données cliniques étaient incongrues, après 3 jours, même le Guardian a attaqué Lancet. Avez-vous trouvé un biais dans cette méta-analyse ? 

AS : Le choix des articles comportant des données de mortalité, par la force, conditionne la sélection vers des études menées sur des patients à un stade avancé de l'infection, où l'hydroxychloroquine agit moins ou peut-être pas du tout. Il s'agit d'un médicament qui inhibe principalement l'entrée du virus dans les cellules. Ce n'est certainement pas la meilleure option pour l'administrer aux stades avancés de l'infection. 

 

FS - Existe-t-il des ouvrages faisant autorité qui aboutissent à des conclusions opposées ? 

AS : L'une d'entre elles est l'étude iranienne dont j'ai parlé plus tôt. Un autre est un article chinois sur un essai clinique randomisé dont nous avons déjà parlé dans un journal italien, d'autres sont l'étude belge et l'étude italienne dont ce journal s'est occupé ces derniers jours. Enfin, je rapporte cet essai italien mené à Milan sur plus de 500 patients : 

 

FS - pourquoi cette méta-analyse ne l'a-t-elle pas été prise en compte ?

AS : L'étude chinoise n'a pas été prise en compte car elle ne contenait pas de données sur la mortalité. C'est aussi parce que, bien qu'il s'agisse d'un essai prospectif et randomisé, il avait comme groupe témoin un groupe de patients traités avec un autre antiviral dont l'efficacité est possible selon certaines études, le Lopinavir/r précité. De nombreux auteurs d'études préfèrent en effet, pour des raisons éthiques, ne pas utiliser de placebo et exposer ces patients (non traités) à un risque de décès inacceptable.

En outre, il est très difficile d'organiser des études avec un placebo dans des conditions d'urgence, car cela nécessite une production spécifique.

Les autres études que j'ai mentionnées n'ont pas été prises en compte car elles ont été publiées après que l'article ait été écrit.

 

 

 

 

Auteur(s): Peter D'angelo pour FranceSoir


PARTAGER CET ARTICLE :


Les centres de recherche français démantèlent l'hydroxychloroquine sur la base d'études qui n'ont pas été scientifiquement examinées

Annonces immobilières

Newsletter


Fil d'actualités Opinions




Commentaires

-